« La fille d’avril » d’Annelise Heurtier (Casterman, 2018)

J’ai trouvé que ce titre récemment paru était idéal pour la thématique du mois. Littérature adolescente et sujet qui engage au sein de la société et face à ses évolutions et ses questionnements encore en cours.


Quatrième de couverture : « À travers le parcours d’une adolescente déterminée, une plongée fascinante dans les années 60.

Comme pour la plupart des jeunes filles dans les années 1960, l’avenir de Catherine est tout tracé : se marier, avoir des enfants, puis s’en occuper le plus clair de son temps. Un jour, elle est contrainte de rentrer du collège en courant. C’est une révélation : quel sentiment de force, de liberté ! Mais courir, surtout pour une femme, est une chose alors impensable. Pourtant Catherine s’interroge, rêve d’une vie différente, s’entête… Jusqu’où sa détermination la mènera-t-elle ? »

Feuilleter les premières pages


Le schéma narratif est assez classique : Izia, la petite-fille de Catherine, lui demande de lui raconter son histoire en lien avec des objets du passé qu’elle découvre. Mais il faut bien reconnaître qu’il fonctionne très bien et qu’il a quelque chose de douillet, de rassurant. Je me revois presque petite devant des films d’enfance, avec les grands-parents qui racontent des histoires, immortalisés sur des images qui vieilliront mal mais qui feront toujours leur petit quelque chose de proustien.

Bref, je reviens dans le sujet. Catherine avait 16 ans à la fin des années 1960 et elle se découvre l’envie puis le besoin de courir pour se sentir exister, pour faire exploser les murs des convenances qui l’étouffent. Le monde que l’on impose aux femmes lui est trop étroit et elle découvre peu à peu que les règles imposées ne le sont pas pour la protéger mais pour conserver un ordre établi. Le monde des hommes sur les femmes et les enfants. Car si le propos défend le droit des femmes de choisir la vie qu’elles souhaitent mener, il évoque aussi la place des enfants dans les familles et dans le société. Une place réduite à se taire et à écouter.

Annelise Heurtier, dans cette image romancée mais documentée des années précédant mai 1968, permet également d’aborder la question des classes sociales et de son déterminisme. Pour avoir de l’argent il faut faire des études, pour faire des études il faut de l’argent. Alors quand Catherine obtient une bourse pour étudier et peut-être aller jusqu’à obtenir son baccalauréat, quand elle sent qu’elle peut courir comme le font les hommes, quand elle sait qu’elle vaut d’être elle-même, la bête qui sommeille peut sortir ses griffes et secouer le monde.

Les personnages sont touchants, parfois irritants, mais font le décor d’un passé qui a évolué jusqu’à aujourd’hui. Il rappelle que s’il faut parfois du temps pour faire évoluer les mentalités, il ne faut pas se décourager et avancer pour les causes qui nous semblent justes.

Une très belle réussite qui m’aura emmenée avec elle dans un genre qui ne me met pas forcément à l’aise. Bravo !

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Nuée de pétales • Bold readingsLes lectures de SophieEntre les pagesLes mots chocolat


 

Et vous, avez-vous envie de courir avec Catherine pour faire avancer le monde ?

Commentaires

4 comments on “« La fille d’avril » d’Annelise Heurtier (Casterman, 2018)”
  1. j’adore cette auteure et il me tarde de découvrir ce roman!

    Aimé par 1 personne

  2. Usva K. dit :

    Et il me tarde de découvrir ses autres romans ! XD

    Aimé par 1 personne

  3. je te recommande Sweet sixteen 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Usva K. dit :

    Oh punaise !!! IL ME LE FAUT !!!

    Merci, merci, merci pour ce conseil ! ❤

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s