« Trancher » d’Amélie Cordonnier (Flammarion, 2018)

Ce livre m’a demandé du temps bien qu’il ne soit pas volumineux. Il a été éprouvant pour moi, tout simplement. La plume d’Amélie Cordonnier nous met face au sujet de la violence conjugale, un sujet qu’il faut affronter.


Quatrième de couverture  : « Des pages et des pages de notes. Tu as noirci des centaines de lignes de ses mots à lui. Pour garder une trace, tenter de les désamorcer, avec le pathétique espoir qu’ils aillent s’incruster ailleurs qu’en toi.

Cela faisait des années qu’elle croyait Aurélien guéri de sa violence,des années que ses paroles lancées comme des couteaux n’avaient plus déchiré leur quotidien. Mais un matin de septembre, devant leurs enfants ahuris, il a rechuté : il l’a de nouveau insultée. Malgré lui, plaide-t-il. Pourra-t-elle encore supporter tout ça ? Elle va avoir quarante ans le 3 janvier. Elle se promet d’avoir décidé pour son anniversaire.

D’une plume alerte et imagée, Amélie Cordonnier met en scène une femme dans la tourmente et nous livre le roman d’un amour ravagé par les mots. »


Impossible de détourner les yeux du problème à la lecture de ce roman car nous sommes dans les pensées de la narratrice, victime des assauts lexico-violents de son compagnon. Des attaques par des mots, qui ne laissent pas de traces visibles, qui pensent être pansées par des excuses mais dont les stigmates sont terriblement profonds.

Un matin, comme ça, le venin est craché. Cela faisait un moment que ça n’était pas arrivé. Mais là, en plus, les enfants sont témoins. Que faire ? Rester ou partir ? La narratrice s’impose un ultimatum pour statuer. Nous faisons un voyage dans le passé du couple, déjà marqué par cette violence, les efforts insuffisants, l’amour qui n’autorise pas tout, la douleur. Le texte, est écrit dans une violente simplicité. Les faits sont ce qu’ils sont, les dommages aussi.

J’ai apprécié ma lecture car le sujet est important mais elle m’a demandé des efforts. J’ai d’ailleurs fait une pause en cours de route, pour reprendre mon souffle. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est justement de montrer cette difficulté à trancher. C’est trop simple de blâmer la victime en lui reprochant de ne pas partir car il reste de l’amour pour un homme qui sait être aimable, il y a des enfants, il y a une vie qu’il faudra reconstruire. Il y a des raisons de rester et comme de partir. C’est ce terrible dilemne qui nous est livré.

Un roman coup de poing, pour moi. Une lecture qui aura, dans son genre, marqué ma rentrée littéraire d’automne.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Mademoiselle Maeve lit des livresLire dit-elleLes livres de K79MyPrettyBooksLivres de FolavrilAu fil des livresThe Unamed BookshelfLes chroniques de KoryféeLire&vous68 premières foisLes marque-pages d’une croqueuse de livresLes Lectures d’HatchiL’or rougeLa mode à la françaiseMot EnvoléUne vie, des livresLa marmotte à lunettesJulie à mi motsLe parfum des motsPrettyRoseMaryUn brin de SybouletteAgathe The BookLes chroniques de CocoLes Dream-Dream d’une bouquineuseA book is always a good ideaLily litMes p’tits lusMélie et les livresLoupbouquinLa parenthèse de CélineEn Quête LittéraireLe petit poucet des mots


 

Et vous, quel roman a marqué votre automne ?

Commentaires

9 comments on “« Trancher » d’Amélie Cordonnier (Flammarion, 2018)”
  1. Le thème de la violence conjugale est un sujet difficile et important, en effet. Ça peut être très éprouvant, surtout pour ceux qui ont pu en être témoins. On sent dans ta chronique que ça t’as vraiment marqué, effet « coup de poing » comme tu dis. Je penserai à cette lecture parce que c’est un thème qui m’intéresse mais je ne le lirai pas dans l’immédiat.

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      Oui, il m’a vraiment secoué et c’est un sujet qui ne peut laisser personne indifférent. Je pense attendre aussi avant de relire sur cette thématique, car il faut un temps de digestion je trouve.

      Aimé par 1 personne

  2. Un livre qui semble très dur mais nécessaire…

    Aimé par 2 personnes

    1. Usva K. dit :

      En effet, c’est un peu le goût qu’il me laisse, mais aussi un beau personnage de femme. 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. aufildeslivres dit :

    Un sujet que l’on voit peu traité ! Un roman choc ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      Tout à fait ! J’ai peu lu sur le sujet mais ce que j’ai aimé c’est qu’il n’y a pas de victimisation dans ce roman, il y a des faits et il faut faire un choix. La femme est forte et nous confronte à cette difficulté de trancher et s’oppose aux remarques trop souvent faites face aux constats de violences : « Mais pourquoi t’es pas tout simplement partie ?! »

      Aimé par 1 personne

  4. Ada dit :

    J’ai vu passer l’autrice à La Grande Librairie, elle avait l’air gentille ! Au contraire de son livre qui semble très sombre, comme tu nous le confirmes, mais qui a l’air très intéressant… Ta chronique confirme aussi qu’il a l’air bien ! Merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      Il est vraiment bien et ce que j’ai apprécié c’est que nous suivons une femme forte, qui est victime mais qui ne se positionne pas comme telle mais comme une personne à qui il arrive quelque chose et qui doit prendre une décision. Et il défonce les questions cons type « Mais pourquoi t’es pas partie ? » et montre la difficulté de faire un choix quand le bourreau est celui qu’on a aimé, épousé et le père de ses enfants. Passionnant et sacrément nécessaire !

      Aimé par 1 personne

      1. Ada dit :

        Oh, super ! Faudra que je le lise, ça m’intéresse beaucoup !

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s