Ce petit livre m’a rapidement fait de l’oeil de par la singularité de son sujet : les expériences nucléaires engagées dans le désert et auxquelles des soldats français ont dpu participer en tant que cobayes. Top secret : votre mission n’a pas existé, vos séquelles non plus.

9782246811640-T« Je suis sorti de la tranchée et tout de suite ses yeux m’ont fixé : deux prunelles de cendre. C’était une chèvre, une pauvre chèvre que nous n’avions pas vue, enchaînée sur la plaine, face au pylône et à la bombe. Un chevreau semblait s’abriter derrière elle, sur ses pattes tremblantes. Tous deux étaient comme cuits. J’ai abandonné mon compteur, et la chèvre s’est mise à hurler. Le chevreau était tombé sous elle. Il y avait ce cri, mécanique, sans être, un cri à nous rendre fous. Pour ce cri, j’aurais renoncé à la France.

Avril 1961, dans le désert algérien. À trois kilomètres de ce point inconnu, une tour de cinquante mètres porte une bombe atomique. Le jeune soldat qui parle, accompagné d’une petite patrouille, participe à une expérience. Il est un cobaye.

C’est cette zone d’intensité extrême que nous livre Christophe Bataille. Face à l’histoire et à la mort, il reste les mots, les sensations, la douceur du grand départ puis la lumière. »

Feuilleter les premières pages

Nous suivons un homme, le narrateur, qui explique dans des aller-retour entre le présent et le passé ce qui est arrivé dans le désert algérien, à Reggane. Comment est-il arrivé là, lui le mathématicien qui a trébuché lors d’un défilé militaire ? Il nous explique sa nature de cobaye et ce que ces minutes de déflagration nucléaire ont impacté sur le reste de sa vie : en esprit et en corps. Lui, parmi d’autres encore.

Chercher une trace, chercher une preuve de sa présence sur les lieux pour dénoncer l’usage fait des hommes, cela est peine perdue, les dossiers sont scellés et ne sont pas encore prêts à s’ouvrir. Alors il explique, avec ses mots, comment ce jour l’a condamné à laisser une part de lui dans le désert.

Un texte fort et court, dont la brièveté exprime aussi l’urgence de dire par celui qui se meurt. Un texte qui rappelle qu’il y a encore beaucoup d’informations en sommeil, que l’homme joue parfois au savant fou et dévaste autant la terre que ceux qui la peuplent.

Pour en savoir plus

 

Et vous, connaissiez-vous cette histoire ?

Publicités