❤ « Je t’aimais déjà » d’Andrée-Anne Cyr et Bérengère Delaporte (Les 400 coups, 2021)

Nous nous retrouvons pour un nouveau jour des petits avec un album qui accompagnera des enfants qui, malheureusement, doivent faire face à un deuil particulièrement difficile à comprendre et à accepter. Il y a des albums sur la perte d’un proche, de vieillesse, de maladie ; il y a des albums qui parlent de proches qui s’en vont et dont on peut garder des souvenirs. Je n’avais encore jamais lu d’album sur la perte d’un petit être que l’on n’a pas eu le bonheur de rencontrer, mais qu’on aimait déjà. Sur le deuil périnatal.

Présentation de l’éditeur : « Un jeune enfant trépigne d’impatience : il aura bientôt un petit frère ou une petite soeur. C’est avec un enthousiasme débordant qu’il aide sa famille à tout préparer pour le grand jour. Seulement, rien ne se déroule comme prévu… Au retour de l’hôpital, ses parents ont les mains vides et le coeur rempli de tristesse. Le bébé tant attendu est mort à la naissance. »

En commençant cet album je ne me doutais pas du tout de son sujet (la quatrième de couverture n’est pas aussi parlante que la présentation de l’éditeur ci-avant), autant vous dire que retenir mes larmes en public a été un exercice difficile. Je ne dévoile que très rarement les contenus des livres que je chronique mais dans le cas présent il me semble important de le faire afin de pouvoir le proposer en connaissance de cause aux enfants qui en auraient besoin.

Cet album me semble essentiel pour aider des petits à surmonter cette épreuve, ce deuil très particulier, pour accepter ce qui n’est pas juste, ce qui est rare mais arrive parfois, pour vivre leur chagrin et montrer qu’ils peuvent garder en eux, dans leur mémoire et dans leur coeur, ce bébé qu’ils ne connaîtront jamais. L’histoire montre aussi l’importance du temps, pour les adultes comme pour les enfants, avant d’aller mieux.

Un album nécessaire sur un sujet difficile à aborder avec les plus jeunes (à partir de 5 ans), pour les accompagner dans le deuil tout en leur permettant de parler avec les grands afin d’extérioriser certaines questions et certaines émotions, ainsi que pour ne pas se sentir seul•e•s face à la tristesse. Il peut être aussi adapté, je pense, pour parler de la perte d’un bébé en cours de grossesse.

Information complémentaire : une partie du prix de vente de ce livre sera reversée à l’organisme Parents orphelins.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.

Et vous, quel album jeunesse sur le deuil conseillez-vous ?

Retrouvez-moi aussi sur :

4 commentaires

    1. Oui, c’est un livre dont on ne souhaite à personne d’en avoir besoin. Il m’a vraiment semblé intéressant car c’est le genre de livres dont on n’entend pas forcément parler et, soit en tant que professionnels, soit en tant que proches, peut être utile à avoir dans un coin de la tête.

      J'aime

    1. Merci ! 🙂 Je me suis mise aux albums il y a quelques années avec la naissance de mes neveux (dont l’un me pousse maintenant à lire davantage de romans pré-ados/ados… C’est fou comme les enfants poussent vite !), mais jusqu’à présent je n’en parlais pas trop sur le blog. Il y a définitivement de très belles publications pour tous les âges, quel bonheur ! 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s