« L’internet de la haine » de Johanna Vehkoo et Emmi Nieminen (Cambourakis, 2019)

Ce documentaire graphique est d’utilité publique. Je crois que je ne peux pas en faire une conclusion plus concise et précise. Réalisé dans un contexte finlandais nous pouvons sans problème l’élargir à d’autres pays, si ce n’est que la France possède des lois qui encadrent davantage les expressions incitant à la haine.

Quatrième de couverture : « Cette bande dessinée n’est malheureusement pas une fiction. Composé de témoignages, d’investigation, de documentation et de conseils, ce livre rend compte d’un phénomène souvent sous-estimé mais très répandu : le cyberharcèlement, qui touche principalement des femmes et des minorités. Un ouvrage qui aborde de manière inédite ce thème difficile, à travers des témoignages, mais aussi des explications de termes techniques et des conseils adressés directement aux victimes. »

Ce documentaire est composé de quatre parties : des portraits de femmes qui ont été ciblées par la haine en ligne, des études de ce phénomène appuyées par des paroles d’expert•e•s, des profils et échanges avec des haineux, des conseils pour réagir lorsque l’on est victime ou témoin de réactions haineuses. Cela en fait un livre très complet sur ces réactions qui explosent particulièrement lorsqu’il s’agit de paroles portées par des femmes ou par des personnes qui ne correspondent pas au stéréotype de la classe dominante.

Ce que démontre Johanna Vehkoo, journaliste, c’est que si les hommes et les femmes sont attaqués pour leurs positions et leurs convictions, les attaques envers les femmes sont plus virulentes et s’orientent vers des violences sexuées, des allusions à des sévices sexuels, des remarques humiliantes et insultantes à l’encontre du physique. La part de messages haineux à caractère sexuels sont incomparables avec ceux envoyés aux hommes. De la même façon, les attaques faites à des personnes qui ne sont pas blanches versent très vite dans le racisme, résultat d’une psychose face à la crise migratoire et d’amalgames idiots concernant le religieux. On y constate ainsi une coloration nationaliste, traditionaliste et misogyne (tout ce que j’abhorre).

Outre le fait de montrer le profil des cibles privilégiées et le contenu de certains messages, il est aussi question de l’impact de ces messages, parfois reçus en masse et sur un temps long. Les auteures montrent la place de certains sites racistes et/ou de désinformation dans ce cycle de la violence. Une personne exprime une opinion qui ne leur convient pas (ici il s’agit surtout de femmes), un article virulent et qui attise une colère primaire est publié avec parfois le contact direct de la cible qui se retrouve harcelée en permanence par des centaines de messages (parfois avec photo que je vous laisse imaginer).

Ce qui est très inquiétant dans ce reportage journalistique c’est le niveau de violence, la décomplexion du sexisme et/ou du racisme ainsi que le manque de prise au sérieux de la police finlandaise (et d’autres). Le numérique déborde très clairement dans la vraie vie mais les poursuites et les condamnations sont rares.

J’ai beaucoup aimé le dernier chapitre du livre qui offre des ressources pour affronter la haine, pour ne pas se sentir seules face à ce poison. Certains messages atteignent directement la dignité et sont traumatisants. Des conseils permettent de mettre à distance les contenus et de ne pas laisser leurs auteur•e•s s’amuser en toute impunité au prix de vies réelles.

Ce travail journalistique illustré rend les propos très accessibles et très dynamiques. J’ai vraiment apprécié lire un contenu d’investigation sérieux et factuel sous ce format. J’espère pouvoir en découvrir d’autres à l’avenir.

Je suis ressortie de cette lecture outrée et déterminée, en tant que femme, à ne jamais me taire et à me battre pour mes convictions. Car c’est notre droit à toutes et que les attaques visant à nous rendre silencieuses, à ne pas nous prononcer sur des sujets de société, ne doivent pas gagner.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Mes pages versicolores

Et vous, est-ce un sujet auquel vous êtes sensible ?

Retrouvez-moi aussi sur :

8 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s