« Celle qui voulait conduire le tram » de Catherine Cuenca (Talents hauts, 2017)

En cette Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, ce roman jeunesse trouve une juste place : il nous parle de l’engagement de certaines d’entre elles pour lutter contre les inégalités au début du 20ème siècle, des réactions masculines qui veulent continuer à régir les lois imposées au femmes, des violences verbales et physiques que nous connaissons encore trop bien, un siècle plus tard.


Quatrième de couverture : « 1916 : les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève. Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Une fois la paix revenue, Agnès est renvoyée : les hommes doivent retrouver leur place. Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin. »


Luce s’est installée il y a peu dans l’ancienne maison de sa tante Agnès, disparue depuis plus de vingt ans. La raison ? Elle la cherche et elle pense avoir une piste. Cette recherche abordée au premier chapitre sera suspendue au-dessous de tout le récit, jusqu’à la dernière page. Je me suis doutée de la réponse dès le début mais je pense que sur un lecteur et une lectrice plus jeunes, ce dénouement narratif aura un réel impact. Et, d’ailleurs, il en a eu un sur moi même si j’avais d’énormes soupçons.

Mais comment en est-on arrivé à cette disparition ? C’est, bien entendu, là aussi que ce situe le propos avec force. Agnès travaille à l’usine avec l’homme qu’elle aime, Célestin. Mariés depuis peu, ils vont devoir se séparer car la Première Guerre mondiale éclate. Seule, son salaire d’ouvrière ne suffit plus et elle va apprendre qu’à Lyon, des femmes ont été embauchées sur le réseau de tramways, à des postes réservés aux hommes et avec des salaires bien plus attractifs. Elle va postuler, oser se lancer et croire en elle, elle sera retenue. Ce choix de vie va la révéler à elle-même : elle a décidé pour elle, son travail lui plaît et elle gagne autant qu’un homme. La population a cependant du mal à se faire à ce mélanges des genres dans ces professions réservées, dont les femmes ne sont pas jugées dignes. Qu’importe, elle est déterminée à prouver sa valeur et à garder la tête haute.

Célestin, blessé, est démobilisé. Lui qui s’enthousiasmait du travail de sa femme revient blessé à divers niveaux et va sombrer dans la boisson, va sombrer dans les récriminations. Honte de ne plus se sentir l’homme de la maison à cause du travail de sa femme, paranoïa permanente face à la liberté de celle qui comprend qu’elle n’est pas obligée d’être pieds et poings liés à son foyer, qu’elle n’appartient pas à son mari. Et puis les hommes reviennent et reprennent leur place. Agnès est remerciée. Elle reprend son poste à l’usine, face au jugement de ses collègues. Mais des associations clandestines de femmes s’organisent et avec elles, la rage mêlée de peur de vouloir changer les choses. Une peur qu’il faudra dépasser.

Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas tout dévoiler, mais il me semblait important de montrer un peu les différentes problématiques traitées par ce livre, les faits historiques de l’effort de guerre des femmes sur les emplois jusqu’alors réservés aux hommes, l’engagement illégal des femmes pour faire valoir leurs droits (en l’occurrence, en elles n’ont pas encore le droit de vote), tout ça en regardant évoluer une femme qui au départ n’était pas une militante née.

Chacune d’entre nous est victime d’injustices, d’inégalités. Certaines d’entre nous, chaque jour trop nombreuses, sont également victimes de violences physiques et/ou morales. Nos prédécesseures ont bataillé et parfois donné cher pour les droits que nous avons aujourd’hui. Il y a encore un bout de chemin à faire. A notre tour de promettre un monde d’égalité aux jeunes filles qui nous succéderont.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Un bouquin dans la pocheLa sorcière des motsLes lectures d’AzilisEntre les pages


 

Et vous, quel livre voudriez-vous mettre en avant pour cette journée ?

10 commentaires

    1. Je pense que c’est un livre à vraiment conseiller au ados et qui se lit très bien par des adultes qui s’intéressent à la littérature jeunesse et au sujet. Il aborde les choses petit à petit et montre l’échelle de la violence conjugale en même temps que le processus d’engagement. Une très belle découverte ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. J’ai failli l’acheter à Montreuil ce week-end, mais j’avais déjà explosé mon budget, et j’ai préféré donner la priorité à la découverte de la collection de Talents Hauts « Les plumées », mais je le garde dans un coin de ma tête pour un prochain achat…

    Aimé par 1 personne

    1. Oh ! J’étais complètement passée à côté de cette collection et elle me rend super curieuse ! Tu as un premier retour critique dessus ? J’imagine que le budget en salon littéraire est le pire ennemi… Il serait le miens en tout cas… ^^’

      J'aime

      1. J’ai lu D’un trait de fusain de Cathy Ytak dans cette collection, sur les premières années Sida, et il est très fort. J’en ai fait une chronique.
        C’est clair qu’en salon, le budget est ton pire ennemi. À Montreuil, j’avais des espèces pour ce que j’achetais pour moi, et je n’ai payé par carte que pour les cadeaux de Noël de mes neveux et nièces. Je fonctionne comme ça maintenant, sinon il y a longtemps que ma banquière m’aurait tuée 😂😂😂

        Aimé par 1 personne

        1. C’est une très bonne astuce ! Je crois que je vais l’adopter aussi sinon je vais avoir des problèmes… J’ai déjà cramé mon budget du mois alors que je n’ai pas commencé les cadeaux de Noël. Fichtre, ça va être chaud ! XD Je crois que tu m’avais déjà parlé de ce livre et je ne cesse d’oublier de le chercher alors qu’il me fait super envie ! Faut que je le mettre en haut du haut de la liste ! 😀

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s