« Juif de personne » de Michel Persitz (JC Lattès, 2019)

Il m’était impossible de passer à côté de ce livre dès que j’en ai découvert la quatrième de couverture. L’histoire familiale qui s’inscrit dans l’histoire mondiale, la recherche de l’identité, la transmission de valeurs mais aussi de douleurs, la crise de foi, tout cela est infiniment impressionnant à lire. Et ce livre parvient parfaitement à nous en parler tout en nous faisant passer par de multiples émotions.


Quatrième de couverture : « Alors qu’il est enfant, l’auteur apprend qu’il est juif et fils de déportés. Il va grandir avec Auschwitz-Birkenau dans son sac à dos. Ses parents, Alex et Leni, lui transmettront des principes ouverts et éclairés : pour tracer son propre chemin, il faut savoir d’où l’on vient. À l’aube de sa seconde vie, en plein hiver, l’auteur décide de partir seul en voyage à Auschwitz. Il a besoin de fixer la gueule de l’abîme les yeux dans les yeux.

Juif de personne est un livre enflammé, souvent drôle, souvent poignant, souvent les deux à la fois. C’est un livre d’amour filial, sur la construction d’une identité et le défi de rester libre et d’oser l’imprudence. »


L’entrée en matière est franche et directe : nous serons tutoyés et tout nous sera livré avec sincérité. A nous de nous décider : soit accepter ce qui nous sera dit, soit laisser couler. Car Michel Persitz n’est pas du genre à mâcher ses mots, pour de grands éclats de rire mais aussi pour des colères ou des moments plus sensibles. Une chose est sûre : il n’y a aucune indifférence de la part du lecteur, les mots touchent forcément l’une de nos cordes émotionnelles. Et moi, j’ai énormément accroché à l’humour incisif de l’auteur. La parole est libre, vive, presque hyperactive par moment. Les mots peuvent faire tourner la tête, alors ils font réfléchir au décantage, à la reprise du souffle.

C’est l’histoire d’un héritage, de la déportation, des camps, de l’antisémitisme poussé à son paroxisme. Mais aussi du judaïsme. Et là, la question se pose : c’est quoi, être Juif ? De quoi héritons-nous et comment souhaitons-nous le transmettre à notre tour ? Un questionnement qui demande du temps et du chemin et qui n’est pas dans l’attente de LA bonne réponse, mais d’un modèle qui convient à chacun. L’auteur nous confie aussi des souvenirs de situations où il fut le Juif dans la société, dans le regard des autres, parfois d’amis. Il démontre les ombres d’un antisémitisme ordinaire construit sur des siècles de fantasmes. Et là, l’incision est nette et précise. Elle fait du bien.

Le roman est construit en trois parties. La première revient sur le parcours personnel de l’auteur, sa construction et la réflexion qu’il porte sur son identité familiale et individuelle. La deuxième est le voyage à la fois redouté et nécessaire à Auschwitz-Birkenau. La troisième est le témoignage de déportation de ses parents. La deuxième partie est plus intime et j’ai été émue de retrouver des similitudes entre les impressions de l’auteur et les miennes sur le lieu ou à Cracovie (mais avec quelques divergences aussi, fruit de 25 ans d’écart). Comme si des émotions étaient cristalisées autour de ce lieu face auquel on ne peut anticiper nos réactions, face auquel on culpabilise profondément de ne pas réagir comme on pouvait l’imaginer. Cette culpabilité que j’ai partagée avec l’auteur. Hébétée, muette, figée. Sauf que l’émotion elle vient après, comme une grosse claque dans la tronche que tu vois pas venir.

Ce roman a plusieurs qualités, parmi lesquelles la franchise, l’appel à la vigilance, le partage, la sincérité. C’est un roman personnel à portée bien plus large. C’est un roman bienvenu, un témoignage de descendant qui fait vibrer la contemporanéité des faits. Nous sommes d’où nous venons.

Je tiens à remercier les éditions JC Lattès et NetGalley France pour m’avoir permis d’accéder à ce livre en service de presse.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, quel livre parlant de vigilance conseilleriez-vous ?

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s