« Thornhill » de Pam Smy (Ed. du Rouergue, 2019) #RLJ2019

Je me mets un peu dans l’ambiance lourde et épaisse de ce 31 octobre, non que je sois une adepte de cette fête, mais parce que cette nouvelle lecture tombe à pic ! Venez, chers amis lecteurs, vous glisser dans un univers dans lequel le réel glisse peu à peu vers le fantastique, dans lequel l’innocence ne protège de rien, dans lequel la proie pourrait bien devenir le chasseur.


Quatrième de couverture : « Mary a habité là pendant des années. Entre ses murs, elle a vécu les pires moments de sa vie. Ella, elle, ne peut s’empêcher de l’observer depuis sa chambre. La nuit, elle se demande ce qu’il cache. Certains ne voient en lui qu’un vieil orphelinat. D’autres sont au courant de son secret … Mais tout le monde connaît son nom. Thornhill. »


Ella emménage avec son père, son seul parent, dans une nouvelle maison. Face à la fenêtre de sa chambre, un manoir : Thornhill. Ancien orphelinat, il est aujourd’hui fermé, en ruine. Mais il l’intrigue et un jour, une jeune fille apparaît dans le jardin. Fuyant sa solitude car son père est sans arrêt en déplacement, elle va découvrir l’histoire de Mary, dont le journal remonte à 1982. Un journal qui renferme une immense douleur et la passivité de la majorité adultes censés la protéger. Ce journal, compagnon d’une solitude que rien ne vient combler, si ce n’est les poupées que Mary fabrique avec amour.

Alternant passé et présent, le texte et le dessin, ce roman elliptique se concentre sur la souffrance adolescente et le harcèlement : une différence qui nous met de côté et qui alimente la salive acide des autres filles de l’orphelinat et d’Elle, la meneuse manipulatrice par excellence. Tellement perverse qu’elle effraie par l’extrémisme de son comportement. L’ambiance est posée. Quel sera le dénouement de ce huis clos où l’air devient difficilement respirable ?

Le texte est très efficace, on sent le malaise et la souffrance de Mary du début à la fin, on suit son cheminement, ses évolutions, l’expression de son courage, la tension et la fatigue qui s’accumulent et la transforment en bombe à retardement. La question n’est plus de savoir si ça va finir par basculer mais quand ça basculera, car un point de non retour est atteint. De quoi Mary est-elle capable pour ne plus être seule et pour se sentir acceptée telle qu’elle est ?

Il s’agit du premier livre pour lequel Pam Smy est à la fois auteure et illustratrice et je dois dire que c’est impressionnant de maîtrise : une première réussite qui en appelle d’autres ! Soyez sûrs que je serai au rendez-vous de la prochaine parution !

Ce livre va vous tenir en haleine et vous marquer le coeur. Au-delà de l’histoire, de ses spécificités de contexte et de son aspect fantastique, il sensibilise et appelle à réagir pour que Mary ne soit plus qu’un personnage de roman et non l’illustration d’un fait divers qui se répète encore et encore. Fondu au noir.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Moka – Au milieu des livresLa malle aux histoiresLa bibliothèque de NouketteLes fringales littéraires


 

Et vous, quel roman pour la jeunesse sur le harcèlement conseilleriez-vous ?

Commentaires

One comment on “« Thornhill » de Pam Smy (Ed. du Rouergue, 2019) #RLJ2019”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s