« La famille Vieillepierre – Tome 1 : Arthur et la corde d’or » de Joe Todd-Stanton (Sarbacane, 2019) #RLJ2019

Comment commencer cette chronique sans vous dire que je suis tombée raide dingue des illustrations de cet album ? Impossible ! Ils sont tendres, doux, imaginatifs, irrésistibles, tout simplement. C’est pour moi l’un des gros points forts de ce livre pour la jeunesse qui parle d’aventure aux plus jeunes en revisitant un mythe nordique, celui du loup Fenrir.


Quatrième de couverture : « Arthur, jeune Islandais, aime s’aventurer dans la forêt pour en rapporter des objets magiques. Un jour, du haut d’un arbre, il voit un monstrueux loup noir renverser le grand feu qui réchauffe les habitants du village pendant les mois d’hiver. Atrix, la doyenne, confie à Arthur la mission d’aller chercher le dieu de la foudre, le seul capable de rallumer le feu, de l’autre côté de la mer. »


L’ouverture du récit se fait avec un vieux monsieur qui nous parle de son histoire familiale, au chaud dans une grande bibliothèque. C’est rassurant, un mode narratif un peu old school mais que j’adore car il me rappelle des films d’enfance. Je mords immédiatement à l’hameçon. Dans cette nouvelle série nous suivre plusieurs générations d’aventuriers et aujourd’hui c’est Arthur, un jeune garçon islandais, qui ouvre la marche.

Arthur est différent des autres, il adore s’aventurer dans la forêt et dans les espaces inexplorés autour du village à la recherche de créatures magiques et de quêtes, avec la soif de découvrir des éléments inconnus des hommes. De ces promenades, il ramène des objets qui font jaser les habitants qui ne comprennent pas le garçon. Un jour le village est attaqué par Fenrir, un loup aussi grand que sauvage annonciateur de la fin du monde, fils du dieu Loki et de la géante Angrboda (donc pas n’importe qui quand même). Lors de son passage aussi soudain que dévastateur, il détruit le feu qui fait vivre la communauté. Arthur est alors la cible de nombreux regards. A force d’aller rôder là où il ne devrait pas – entendez où les autres ne vont pas – il a sûrement attiré la bête au village. Une quête digne des dieux s’organise alors et c’est à Arthur que revient la lourde tâche d’arrêter Fenrir.

Le récit fait à la fois découvrir un peu la mythologie nordique mais, surtout, fait comprendre à l’enfant qu’il peut avoir des intérêts différents des autres et que ses qualités auront toujours une utilité, seront un atout pour lui et pour les autres. Récit d’affirmation de soi et de confiance en soi, il fera voyager les enfants en Islande et dans le pays des dieux nordiques avec beaucoup de plaisir !

Une série dont il n’existe pour le moment que trois tomes dans sa langue de parution originale (si ma mémoire est bonne), espérons qu’ils seront vite traduits et que l’auteur poursuivra tout aussi prochainement les aventures de cette famille d’aventuriers à travers les âges et les différentes facettes du courage.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, êtes-vous prêt/es pour l’aventure ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s