❤ 👁 « Ai Weiwei : histoire d’une arrestation » de Barnaby Martin (Globe, 2016)

Attrapez ce livre et vous ne le lâcherez plus avant de l’avoir fini. Les mots de Barnaby Martin s’accordent à ceux d’Ai Weiwei, la narration porte les entretiens menés en 2011. 2011, l’année au cours de laquelle l’artiste dissident chinois va être arrêté, emprisonné et relâché sous surveillance policière.


Quatrième de couverture : « Octobre 2010. Ai Weiwei expose plusieurs millions de graines de tournesol peintes à la main dans le grand hall de la Tate Gallery à Londres.

Son œuvre émeut des millions de visiteurs car elle illustre la lutte qu’il mène contre les abus du régime totalitaire le plus puissant du monde. Avril 2011. La police secrète chinoise l’arrête : Ai Weiwei est emprisonné et condamné à un isolement complet pendant plus de deux mois. À sa sortie, le gouvernement chinois l’accuse d’évasion fiscale et le somme de payer un million de pounds dans les quinze jours. Juillet 2011. Barnaby Martin se rend à Pékin quelques jours après la libération conditionnelle de l’artiste assigné à résidence.

Les entretiens qu’il mène secrètement avec Ai Weiwei dans son atelier permettent de dresser un portrait rare fondé sur le témoignage inédit du plus célèbre artiste et dissident chinois. »


Barnaby Martin propose un livre dense qui montre la Chine de l’intérieur, même plus de ce qui est parmi le plus interne du système : la police secrète et les enlèvements arbitraires.

Si l’emprisonnement d’Ai Weiwei est au coeur de ce livre, il n’omet pas de parler de son enfance, marquée par les répressions politiques sur les civils, puis de son adolescence et son besoin de quitter la Chine pour découvir l’art contemporain occidental, et enfin de sa carrière et de ses engagements. Barnaby Martin parle autant de la société chinoise que d’art contemporain et quand vous mélangez les deux c’est absolument passionnant ! Car l’art est un mode d’expression que le système veut pouvoir contrôler.

Ai Weiwei est motivé par la vérité et la dénonciation des abus du pouvoir chinois. Il a une vision incroyable et une force qui ne peut laisser indifférent à la lecture. Je suis infiniment admirative même si je ne comprends pas tout son travail (loin de là). Son engagement pour les enfants victimes du tremblement de terre et de la corruption au Sichuan, son analyse du système policier chinois, son humanité et son espoir (parfois fatigué) pour la démocratie et les droits de l’homme, tout cela m’inspire un profond respect. Un respect renforcé par l’humilité qu’il exprime dans le fait d’avoir été libéré rapidement, ce qui n’a pas été le cas d’autres dissidents. Là encore, ce livre offre de nombreuses nouvelles pistes de lectures et de culture.

Si l’un des sujets abordés dans cette chronique vous intéresse lancez-vous, car vous découvrirez de l’intérêt pour tous les autres. Vraiment un grand coup de cœur et une découverte marquante.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous,
quelles personnalités dissidentes admirez-vous ?

4 Comments

  1. Je ne m’y étais jamais intéressée non plus et je dois avouer que désormais ça me passionne ! *.* Tu peux commencer par de la BD par exemple, mais ce livre sur Ai Weiwei remet bien en place différents épisodes historiques je trouve et il montre la difficulté de la dissidence dans un pays qui voit tout et entend tout. 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s