« Auschwitz, ville tranquille » de Primo Levi (Albin Michel, 2022)

Traduit de l’italien par Louis Bonalumi, Martine Schruoffeneger, André Mauge
et René de Ceccatty

Pour ce 27 janvier, journée de commémoration internationale dédiée à la mémoire des victimes de la Shoah, jour qui marque également les 77 ans de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, je souhaite mettre en avant Primo Levi (1919-1987), lui-même victime et témoin.

Quatrième de couverture : « Témoin essentiel de la barbarie nazie, Primo Levi n’a cessé de raconter Auschwitz tout en cherchant à comprendre les ressorts d’une inhumanité dont ses deux livres majeurs, Si c’est un homme et La Trêve, ont rendu compte avec une lucidité inégalée. L’expérience du camp qui hante et nourrit son œuvre s’y exprime de manière diverse.

Ainsi, les dix nouvelles qui composent ce recueil, rassemblées pour la première fois, et complétées par deux poèmes, illustrent la variété des formes littéraires que revêt l’œuvre de Primo Levi. L’approche scientifique du monde à laquelle l’incitait sa formation de chimiste se confronte à des domaines tels que la science-fiction, le fantastique, ou à son goût pour la poésie, peut-être l’un des seuls moyens d’exprimer l’ineffable. Préfacés par René de Ceccaty, ces récits convoquent la voix ô combien subtile et nécessaire d’un homme de vérité et invitent à redécouvrir toutes les facettes d’un des grands écrivains du XXe siècle. »

Ce recueil a été pensé en un mélange de nouvelles – pour certaines inédites – parlant d’Auschwitz et de la Shoah de façon directe comme indirecte. Primo Levi, en plus d’être écrivain, fut chimiste. Cette sensibilité scientifique se retrouve dans une partie de ses nouvelles.

En effet, ce recueil est pluriel : il mêle la poésie et la nouvelle ; et dans les nouvelles, il vient alterner des textes très réalistes et factuels de la vie à Monowitz-Buna (Auschwitz-III) et d’autres qui touchent à la science-fiction. Mais tous, d’une manière ou d’une autre, viennent témoigner et dénoncer l’idéologie nazie et sa froide application. Les nouvelles réalistes sont tirées de la vie de Primo Levi et parmi elles, c’est la culpabilité – et sa sincérité – qui est interrogée ainsi que le fait d’apporter des réponses à des familles dont l’arbre généalogique est amputé.

En plus de nous parler de l’époque, il dit l’après tout en projetant – grâce à la fiction – ce que pourrait être une idéologie similaire à l’avenir.

Le témoignage incontournable de Primo Levi, Si c’est un homme, fut l’un des premiers. Certaines nouvelles y font écho, montrant que contrairement à ce que certaines personnes pensent (ou disent bien fort) il y a encore des choses dire de la Shoah et nous n’avons pas dépassé la nécessité de la mémoire.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué :

Et vous, quel livre partagez-vous sur l’histoire et la mémoire de la Shoah ?

Retrouvez-moi aussi sur :

6 commentaires

  1. C’est une découverte complète pour moi. Bien sûr, j’ai toujours sur ma liste « Si c’est un homme », mais je n’ai jamais encore lu Primo Levi. Pour répondre à ta question sur les livre sur la shoah, nous avons organisé récemment des lectures thématiques sur ce thème (pour la 2ème fois), je te fais passer le bilan car il est riche de conseils de lecture / https://etsionbouquinait.com/2022/02/11/lectures-communes-autour-de-lholocauste-bilan-2022/

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci Patrice, je participerai sûrement à ces lectures thématiques l’année prochaine, ce sujet étant particulièrement important pour moi (l’histoire de la Shoah a été ma spécialisation professionnelle durant plusieurs années).

      Aimé par 1 personne

  2. J’allais commenter en te proposant de consulter le bilan des « lectures communes autour de l’Holocauste » que j’ai organisées avec Patrice en 2021 et 2022, mais je vois que Patrice a eu la même idée. Peut-être souhaiteras-tu contribuer l’année prochaine pour la 3e édition?
    Pour ma part, j’ai lu Si c’est un homme, il y a longtemps; j’aimerais justement le relire car je crois que non seulement c’est un texte important en lui-même, mais aussi que ma lecture sera enrichie par les autres lectures que j’ai pu faire autour de l’Holocauste jusqu’ici.

    Aimé par 1 personne

    1. Je vais essayer de mieux anticiper pour y participer l’année prochaine, surtout car la documentation de l’histoire de la Shoah a été mon travail durant plusieurs années, c’est donc un sujet très important pour moi.

      Je suis convaincue que les textes mémoriels proposent des lectures différentes en fonction de l’âge, de l’expérience et des connaissances. Nul doute qu’un texte lu il y a longtemps nous apportera à nouveau au cours d’une lecture ultérieure.

      Je te souhaite donc une forte nouvelle lecture de « Si c’est un homme » de Primo Levi. ♥

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s