Un mot, trois livres | Bleu

Je reviens avec le rendez-vous hebdomadaire : Un mot, trois livres.

Le but ? S’amuser avec les mots et choisir trois livres : un livre lu, un livre qui attend sagement dans ma PAL et un livre que je n’ai pas mais qui me fait (très) envie.

Le mot peut concerner la couverture, le titre ou le contenu du livre, ou encore un mélange de plusieurs de ces critères.

Ce format me permet :
• de remettre en avant des livres dont je n’ai plus forcément l’occasion de parler
• de redécouvrir des livres en sommeil dans mes bibliothèques et de relancer mon envie de les lire
• de découvrir des livres qui attendent d’être adoptés

N’hésitez pas à reprendre cet article récurrent si vous le souhaitez, l’idée est de partager chaque semaine des idées de lectures !

Le livre lu

Quatrième de couverture : « Trois cousins juifs, Andrea, Martino et Cati, sont persécutés par les lois raciales de Mussolini à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Forcé de quitter Trieste pour New York, Andrea essaiera de retrouver une vie normale, hanté par les fantômes du passé. A travers le destin d’Andrea Goldstein, jeune homme juif, Andrea Serio nous fait percevoir avec douceur et empathie, l’intensité, la violence, la bêtise crasse et innommable de cette sombre époque, comme les prémisses mortifères de ce qu’à nos portes, certains de nos contemporains vivent aujourd’hui. »

>>> Lire la chronique

Le livre de ma PAL

Quatrième de couverture : « Sur fond de misère se joue la partition désenchantée d’une communauté injustement rejetée incarnée par une jeune enfant noire étourdissante de justesse. Le saisissant premier roman de Toni Morrison qui contient en germe tous les thèmes de son œuvre.

Avec L’œil le plus bleu, saisissant premier roman vibrant de douleur et de révolte, Toni Morrison marque son entrée en littérature. À Lorain, dans l’Ohio des années 40, Claudia et Pecola, deux fillettes noires, grandissent côte à côte. La première déteste les poupées blondes, modèles imposés de perfection qui lui rappellent combien sa haine est légitime. L’autre idolâtre Shirley Temple et rêve d’avoir les yeux bleus. Mais face à la dure réalité d’une Amérique Blanche, le rêve de beauté d’une petite fille est un leurre qui ne cède le pas qu’au fantasme et à la folie. »

Le livre qui me fait envie

Quatrième de couverture : « Il est désormais interdit de se servir du stylo rouge ! Le blanc du papier, l’encre bleue et les corrections écrites en rouge rappelleraient trop les couleurs honnies du drapeau français. C’est ce qu’apprennent avec stupeur Amine et Lilas en ce jour de rentrée des classes 1962. Pour les deux collégiens, une nouvelle histoire commence avec l’indépendance de l’Algérie… »

Et vous ?

3 commentaires

  1. Ce petit rendez-vous est une très belle idée !
    Je pense le reprendre si le mot m’inspire.

    J’avais lu “L’œil le plus bleu” mais l’avais trouvé brouillon, allant dans tous les sens, est-ce dû à la traduction que j’ai ressenti cela ? Peut-être que certains livres sont à lire dans leur version originale ?

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, tu peux le reprendre sans problème ! 🙂

      Je n’ai pas encore lu « L’oeil le plus bleu » mais je ne suis pas sûre que la traduction impacte la structure même de la narration. Mais si tu as l’occasion de le découvrir en VO je serais curieuse de connaître ton sentiment ! 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s