« Lettres perdues » de Jim Bishop (Glénat, 2021) • Rentrée littéraire

Ma fin de semaine est indéniablement graphique et après maintes hésitations j’ai succombé à celui-ci. Pour ses couleurs, pour ses personnages intrigants et ses illustrations influencées par l’univers de Hayao Miyazaki.

Présentation de l’éditeur : « Comme tous les matins, Iode attend impatiemment cette lettre que le facteur tarde à lui apporter. Surement une blague de ce farceur de poisson-clown qui s’amuse à livrer son courrier aux voisins… Ou peut-être a-t-il simplement été égaré ? Il n’y a qu’un seul moyen d’en avoir le cœur net : se rendre en ville. Embarqué dans sa petite auto vert pomme, Iode fait la rencontre de Frangine, une autostoppeuse au caractère bien trempé qui effectue une livraison pour le compte du mystérieux groupe mafieux la pieuvre. Seulement, lorsque cette dernière décide de lui fausser compagnie, le jeune garçon s’inquiète et décide naïvement de partir à sa recherche. Sans le savoir, Iode vient de mettre les pieds dans une affaire qui le placera au cœur d’un terrible drame.

Sur l’île du soleil où poissons et humains cohabitent, mafieux sans vergognes et policiers incompétents sont monnaie courante. Une cavalcade absurde naviguant entre humour, douceur et drame mélancolique. Un premier roman graphique réalisé par un prodige du dessin nourri au travail de Hayao Miyazaki. Un récit où la rondeur du dessin et la beauté irradiante des couleurs forment paradoxalement une œuvre tragique qui perturbera les âmes les plus sensibles. »

Il n’y a pas que les illustrations qui sont marquées par l’influence du travail de Hayao Miyazaki. Un récit de science-fiction, mêlant une histoire personnelle, des épreuves de la vie et des questionnements écologiques.

Iode attend désespérément une lettre de sa mère exploratrice dans laquelle est a promis de lui dire où la retrouver. Tardant à arriver, Iode se décide à se mettre en route pour la ville afin de demander des renseignements au bureau de poste. En route il croise le chemin de Frangine. Le garçon va alors s’accrocher d’une façon très particulière à la jeune femme. Sauf que cette dernière a une mission secrète a accomplir. La vie de ces personnages ne sera plus jamais la même : ils vivront des péripéties et des épreuves irréversibles qui irradieront jusqu’aux personnages secondaires.

Certes, les illustrations sont empruntes de beaucoup de douceur, les couleurs sont à la fois acidulées et pop comme du colorant de bonbons et il y a régulièrement des marques d’humour mais chaque page construit bel et bien un drame.

Une histoire qui installe un mystère qui saura surprendre et émouvoir quand bien même un partie de l’intrigue se devine. Je me suis faite avoir malgré mes justes suspicions. J’étais convaincue même si le coup de coeur ne s’est malheureusement pas déclaré et j’ai trouvé l’épilogue très bien amené. Une conclusion qui change de ce que la littérature propose généralement, qui marque par son réalisme et qui a clairement répondu à l’une de mes douleurs personnelles.

J’ai réussi à ne pas pleurer, mais il s’en est fallu de peu et ce fut au prix d’un certain effort. De fait, si vous aimez les histoires faisant réquisitionnant vos cordes sensibles tout en étant originales, je ne peux que vous inviter à découvrir ce roman graphique qui saura sans aucun doute se démarquer parmi les nouveautés.

Jim Bishop (de son vrai nom Julien Bicheux) est un jeune bédéaste qui s’est lancé dans ce milieu en 2015. Lettres perdues est son premier album en solo et promet une carrière à suivre de très très près.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas d’autres chroniques trouvées pour le moment.

Et vous, aimez-vous les graphiques très colorés quitte à ce qu’ils perdent en réalisme ?

Retrouvez-moi aussi sur :

8 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s