Un mot, trois livres | Cauchemar

Je reviens avec le rendez-vous hebdomadaire : Un mot, trois livres.

Le but ? S’amuser avec les mots et choisir trois livres : un livre lu, un livre qui attend sagement dans ma PAL et un livre que je n’ai pas mais qui me fait (très) envie.

Le mot peut concerner la couverture, le titre ou le contenu du livre, ou encore un mélange de plusieurs de ces critères.

Ce format me permet :
• de remettre en avant des livres dont je n’ai plus forcément l’occasion de parler
• de redécouvrir des livres en sommeil dans mes bibliothèques et de relancer mon envie de les lire
• de découvrir des livres qui attendent d’être adoptés

N’hésitez pas à reprendre cet article récurrent si vous le souhaitez, l’idée est de partager chaque semaine des idées de lectures !

Le livre lu

Quatrième de couverture : « De mémoire raconte une femme, Alya, qu’une tentative de viol réduit à l’immobilité et à la peur. Les insomnies et les cauchemars, la tristesse et la solitude dans laquelle son corps s’enferme l’éloignent de plus en plus d’elle-même. Elle s’engage dans le labyrinthe de la mémoire et se souvient. De chaque détail perdu dans la nuit de l’agression, de l’histoire familiale qui prend racine en Algérie, de la femme libre qu’elle croyait être. »

>>> Lire la chronique

Le livre de ma PAL

Quatrième de couverture : « Laissé par sa femme et son jeune fils, Tadek décide de quitter Jérusalem pour retrouver son père, qui croupit dans un hospice de Varsovie. Nous sommes en 1988, et la Pologne est grise derrière le rideau de fer. Jadis un ogre, une force de la nature, l’homme qu’il découvre n’est plus qu’un vieillard pitoyable, rongé par l’alcool et hanté par les atrocités de la Seconde Guerre mondiale dont il fut à la fois victime et bourreau. Une semaine durant, incapables de s’aimer ou de se haïr, père et fils vont s’affronter à la recherche d’une impossible réconciliation. Une magnifique histoire de filiation et de violence. »

Le livre qui me fait envie

Quatrième de couverture : « Elle a beau ne le porter dans son ventre que depuis sept mois, on comprend vite que cet enfant charpente toute la vie de Joana. Il est la réponse à son désarroi d’orpheline, l’aboutissement du couple qu’elle forme avec le pâle Jorge, plus qu’une raison d’être, une revanche. Aussi, quand elle se réveille d’un cauchemar prémonitoire, elle a perdu les eaux, mais non ses illusions. »

Et vous ?

5 commentaires

    1. J’assume pleinement ma responsabilité de tentatrice (à mon échelle) ! 😆 Je vis aussi une lutte entre ce que je veux lire pour la rentrée, ce que je veux lire d’autre à l’instant T, ce qui me fait envie et que je n’ai pas, et ce que j’attends avec impatience. Bref, il va falloir que je me pose et que je me raisonne aussi. 😇

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s