Un mot, trois livres | Ferme

Je vous propose un nouveau rendez-vous chaque samedi : Un mot, trois livres.

Le but ? S’amuser avec les mots et choisir trois livres : un livre lu, un livre qui attend sagement dans ma PAL et un livre que je n’ai pas mais qui me fait (très) envie.

Le mot peut concerner la couverture, le titre ou le contenu du livre, ou encore un mélange de plusieurs de ces critères.

Ce format me permet :
• de remettre en avant des livres dont je n’ai plus forcément l’occasion de parler
• de redécouvrir des livres en sommeil dans mes bibliothèques et de relancer mon envie de les lire
• de découvrir des livres qui attendent d’être adoptés

N’hésitez pas à reprendre cet article récurrent si vous le souhaitez, l’idée est de partager chaque semaine des idées de lectures !

Le livre lu

Le livre de ma PAL

Quatrième de couverture : « Novella inédite d’un des plus grands auteurs de nouvelles norvégien contemporain. Après une longue hospitalisation, une femme est de retour dans la ferme où elle a passé toute sa vie. Alitée dans la chambre d’ami de sa propre maison, celle où toutes les femmes de sa famille ont passé leur nuit de noce, où nombre d’invités sont passés, elle se remémore son existence, les moments fondateurs, les rencontres exceptionnelles qui l’ont agrémentée mais aussi certains traumatismes et secrets qui ressurgissent. À travers ce puissant flux de pensées transparaît également le quotidien d’une existence rurale et un questionnement sur la place et le rôle des femmes dans cet environnement, le travail de transmission, d’émancipation et la possibilité d’une affirmation de soi. »

Le livre qui me fait envie

Quatrième de couverture : « Dans une ferme du Wisconsin, Billy grandit dans l’admiration de son grand frère James, qui s’efforce de les protéger de la violence d’un père alcoolique. Heureusement, leurs voisins Ernie et Rosemary, qui n’ont pas d’enfant, les aiment comme des fils. Mais James s’engage dans les Marines et part au Vietnam, et Billy se retrouve en première ligne face à son père. Quand James est porté disparu au combat, c’est son souvenir qui soutiendra Billy pendant les difficiles années de l’adolescence. Et lui donnera le courage de devenir adulte. »

Et vous ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s