« Mon port de Beyrouth » de Lamia Ziadé (P.O.L, 2021)

Cela fait longtemps que je souhaite découvrir Lamia Ziadé, louchant régulièrement sur Bye bye Babylone. C’est finalement avec ce nouveau livre que je suis allée à sa rencontre (qui devrait se poursuivre). Un livre écrit et dessiné pour parler de la terrible explosion du port de Beyrouth en 2020.

Quatrième de couverture : « Les silos détruits, tout devenait possible, rien n’empêcherait plus Beyrouth de sombrer dans les ténèbres. J’ai ressorti une carte de la ville. Elle est dépliée par terre depuis des semaines. Je mesure les distances. L’appartement de mes parents est à 825 mètres des silos du port. La maison de ma grand-mère, rue Pasteur, à 650 mètres.

Sahar, elle, était sur le quai. Elle a filmé la dernière scène. »

Ce livre dit les traumatismes passés et présents d’un pays, de ses habitants en même temps qu’il dénonce la violence et la corruption de ses dirigeants. Aussi éprouvant que passionnant, Lamia Ziadé a pris grand soin de rendre hommage aux victimes, que ce soit en reproduisant leurs portraits ou en décrivant des moments vécus. Elle nous parle aussi de sa famille, sur place le 4 août 2020 et résidant près des silos du port.

Ce drame – dont de nombreux aspects ne sont toujours pas clairs – a bouleversé le monde entier et le souvenir en est resté vif. Pourtant, j’ai le sentiment que nous avons un peu oublié le peuple libanais qui se bat chaque jour pour compenser l’immobilité des gouvernants, pour faire face à une crise économique avant que la crise sanitaire ne vienne s’ajouter à la situation tragique.

C’est en parcourant des souvenirs liés à la peur et aux épreuves subies par plusieurs générations libanaises que Lamia Ziadé nous parle de ce pays meutri, à travers ses propres souvenirs et son histoire familiale intimement liés au port également. J’ai énormément appris et été profondément touchée, notamment par chaque retour au présent de l’explosion, par chaque portrait de victimes, par les actes de courage aussi. Je n’ai pas non plus manqué d’être outrée et en colère, car il y a de quoi l’être.

L’autrice prend le temps de revenir sur la révolution populaire de l’automne 2019 et le vent d’espoir qu’elle portait en son coeur. Et pourtant, c’est avec un certain fatalisme que Lamia Ziadé regarde les faits et les choses qui ne changent pas – si ce n’est empirent – malgré la détermination encore entière de certaines personnes.

Un livre riche, mêlant la mémoire humaine à la mémoire des lieux, pour toutes les personnes qui souhaitent comprendre la situation actuelle du Liban ou celles, déjà sensibilisées, qui souhaiteraient en savoir plus.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chroniques trouvées pour le moment.

Et vous, connaissez-vous Lamia Ziadé ?

Retrouvez-moi aussi sur :

3 commentaires

    1. Il l’est totalement, c’est une plongée à la fois dans une histoire familiale et l’histoire d’un pays avec un questionnement sociétal (un mélange que j’apprécie généralement). J’ai beaucoup appris. 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s