« Battue » de Lilian Coquillaud et Marine Levéel (6 pieds sous terre, 2020)

D’un magnifique très grand format, ce roman graphique explore un sujet très intéressant : l’embrigadement dans un obscur groupuscule et la tentative d’enquête sur celui-ci, pour lever le masque porté par une organisation qui flirte avec les limites en public mais les dépasse probablament dès lors qu’il ne peut y avoir de preuves.

Présentation de l’éditeur : « Alors qu’elle mène une nouvelle vie, loin de sa contrée natale et de ses racines, Camille reçoit la visite d’Hassan, un ami d’enfance devenu journaliste. Des retrouvailles amères qui font ressurgir un passé qu’elle avait chassé depuis longtemps.

Hassan cherche à infiltrer la Grande Battue, chasse exclusive menée une fois l’an dans les montagnes de leur région par les Blanchistes, un groupuscule d’influence néo-païenne et réputé proche de l’extrême-droite. il voudrait mettre au jour ce mouvement et son idéologie, persuadé depuis toujours que cette chasse cache les complots ou les exactions qui permettraient de les dissoudre. Camille, fille repentie d’un Blanchiste, pourrait l’aider dans sa mission. Très froide, la jeune femme prend rapidement congé de son vieil ami : elle ne veut plus se pencher sur cette part de son histoire. Les hasards de la vie, avec la mort de son père, figure tutélaire de ce mouvement, se chargeront de brouiller ses plans et la feront replonger dans ce passé haï qu’elle avait fui enfant, grâce à sa mère. »

Alors que Camille a mis des années à se libérer de son passé et que la mort de son père l’y ramène en pensées, Hassan, un ami d’enfance, revient dans sa vie. Il est journaliste et enquête sur les Blanchistes, groupuscule présumé d’extrême droite dont le père de Camille était jusqu’alors le meneur. Son idée : faire re-rentrer la jeune femme dans ce milieu à l’occasion de la Grande battue annuelle afin d’obtenir des informations que seules les personnes admises possèdent. Des informations qui pourraient faire tomber l’organisation, en dévoilant ses vraies motivations. Une rencontre quelque peu intéressée mais qui repose sur une complicité perdue qui a comptée et sur l’envie de mettre un terme à l’impact de démons personnels.

Camille va s’engager dans cette Grand battue et c’est à travers elle que nous allons découvrir l’organisation des Blanchistes et leur mode opératoire, leur habile mode de séduction utilisant la nature et son pouvoir exaltant, les frustrations personnelles et le manque de valorisation individuelle, le pouvoir du groupe et l’orgueil de chacun, la construction d’une fierté territoriale et le besoin de compter au regard des autres et de l’histoire.

Sous-couvert de principes qui semblent ne pas être problématiques, le cheminement à tavers les forêts et les montagnes va peu à peu dévoiler une perversité que je vous laisse découvrir. Ce récit ne sera pas sans rappeler, à la fin, certains groupes existants en France (pourtant moins discrets) et qui échappent globalement à la justice malgré la violence de leurs démarches et des finalités de celles-ci.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : L’accro des bullesAu fil des plumes

Et vous, quelles oeuvres dénonçant des idées extrêmistes recommandez-vous ?

Retrouvez-moi aussi sur :

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s