« Le passeur » de Stéphanie Coste (Gallimard, 2021)

Premier roman de l’auteure, je me suis laissée tenter car il s’agit ici d’approcher la traversée de la Méditerranée du point de vue de ceux pour qui le malheur, la guerre et les violences sont source de richesse. Car ne fermons pas les yeux, les conditions de vie des femmes, hommes et enfants qui passent frontières terrestres ou maritimes sont plus que précaires. La vie se monnaye et peut rapporter gros.

Quatrième de couverture : « Quand on a fait, comme le dit Seyoum avec cynisme, de l’espoir son fonds de commerce, qu’on est devenu l’un des plus gros passeurs de la côte libyenne, et qu’on a le cerveau dévoré par le khat et l’alcool, est-on encore capable d’humanité ?

C’est toute la question qui se pose lorsque arrive un énième convoi rempli de candidats désespérés à la traversée. Avec ce convoi particulier remonte soudain tout son passé : sa famille détruite par la dictature en Érythrée, l’embrigadement forcé dans le camp de Sawa, les scènes de torture, la fuite, l’emprisonnement, son amour perdu…

À travers les destins croisés de ces migrants et de leur bourreau, Stéphanie Coste dresse une grande fresque de l’histoire d’un continent meurtri. Son écriture d’une force inouïe, taillée à la serpe, dans un rythme haletant nous entraîne au plus profond de la folie des hommes. »

Seyoum Ephrem est un passeur. Il réceptionne des livraisons pas comme les autres mais ne s’en émeut pas spécialement. Ses marchandises : des êtres humains portés par l’espoir d’un demain, d’un ailleurs. Il est l’une des têtes couronnées d’un milieu couvert par des membres de la police à la patte graissée, une mafia construite dans le sillage des dictatures, des guerres et du piétinement des droits humains. La dernière traversée-transaction de la saison doit avoir lieu dans les prochains jours. C’est en simulacre de chef d’entreprise de type import-export, aux méthodes abjectes et aux addictions nocives, que nous le suivons jusqu’à ce qu’il croise le regard émeraude d’une femme.

Seyoum n’a pas toujours été cet homme cynique à l’humanité amputée. Le récit croise son passé en Érythrée (pays au système dictatorial officiellement appelé république à régime présidentiel à parti unique) et le présent du roman, en Libye en 2015 (pour en savoir plus sur la situation des migrants en Libye en 2015 : rapport de Human Rights Watch). Cette année n’est pas choisie au hasard, il s’agit d’une année particulièrement meurtrière lors des traversées de la Méditerranée, notamment en ce qui concerne la disparition d’enfants (les naufrages avec le plus de victimes provenaient de Libye).

Nous découvrons le quotidien de Seyoum et son caractère particulièrement antipathique qui cache cependant de profondes blessures. La force dramatique, humainement dramatique, se trouve dans ce passé qui l’a amené sur cette côte libyenne. De quoi est capable un homme qui a perdu tout espoir et dont on a voulu effacer l’humanité, l’individualité ? Que devenir quand la personne qui nous tenait debout, en vie, est sortie de notre vie ? Déshumaniser les autres ne mène-t-il pas à se déshumaniser soi-même ?

Si je me suis laissée surprendre et émouvoir par le parcours de Seyoum, il est un personnage difficile à accompagner tant il s’est mué en ce qui aurait pu le détruire quelques années auparavant. Mais peut-on annihiler tous les sentiments malgré la douleur du passé ?

Ce court roman campé dans l’esprit d’un passeur au cynisme glaçant, extrêmement inquiétant mais d’actualité, laisse percer un espoir, faible mais bien là malgré tout : celui de réveiller, celui d’arriver. Il questionne la déshumanisation, le marché obscène du prix de la vie, la violence qui engendre la violence. Il montre également les conditions de détention puis de voyage des personnes qui tentent les routes de l’exil, qui n’ont plus rien à perdre si ce n’est leur propre vie et celle de leurs proches, quand elles en ont encore. Un premier roman prenant.

Entre janvier 2014 et septembre 2018, 28 555 migrants sont morts ou disparus en Méditerranée alors qu’ils tentaient d’atteindre les côtes de l’Europe. Parmi eux, au moins 1300 enfants.

Amnesty International, « Réfugiés : ce que nous disent les chiffres »

Ce roman se déroule il y a cinq ans. Fin septembre 2020 Amnesty International alertait une fois de plus sur la situation des réfugiés en Libye. Un sujet nécessaire qui rappelle que le trafic d’êtres humains est aussi rendu possible par le manque de coordinations, d’aides et d’intentions à l’échelle internationale.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué  : Lili au fil des pages

Et vous, quel•s livre•s sur l’exil recommandez-vous ?

Information en avant-première : le mois de juin, en lien avec la journée internationale des réfugiés, sera consacré à cette thématique sur le blog.

Retrouvez-moi aussi sur :

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s