« Le Démon de la Colline aux loups » de Dimitri Rouchon-Borie (Le Tripode, 2021)

Difficile de passer à côté de ce roman de la rentrée hivernale tant il a créé la surprise et s’annonce déjà comme un phénomène littéraire de ce début d’année ! J’y suis allée un peu à l’aveuglette mais intriguée par la présentation de l’éditeur, je me demande maintenant si j’ai aimé ou pas, et en fait je ne sais pas.

Présentation de l’éditeur : « Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin.

Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante que bienveillante, Le Démon de la Colline aux Loups raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d’amour et de passion, de moments de lumière… Il dit sa solitude, immense, la condition humaine. 

Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman. C’est surtout un flot ininterrompu d’images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire. »

Dès les premières pages nous sentons que l’air va se faire épais et que ce ne sera pas simple. Mais je ne pensais pas être confrontée à autant de violence et surtout, ce genre de violence. C’est un premier roman indéniablement difficile que nous propose Dimitri Rouchon-Borie, porté par une écriture vive et inventive et qui nous tient aux côtés du personnage principal, entre les murs de sa cellule, nous enlevant toute force de le quitter.

Que ce soit sur le site des éditions du Tripode ou sur la quatrième de couverture, nous apprenons qu’il est question d’un être brisé mais nous n’en savons pas tellement plus. Cette brisure est le coeur de l’histoire car elle aura un impact sur toute la vie de Duke, à qui nous avons envie de rendre son prénom. Mais je ne peux vous en dire plus (même si je pense qu’un petit warning ne serait pas de trop) au risque de vous faire passe à côté du choc de lecture (suis-je pour autant partisane du choc, je ne suis pas sûre).

Il est question d’une enfance qui n’en a pas été une et qui aura un impact sur toute la vie de Duke, sur sa propre considération, sur ses choix et ses non-choix, sur ses actes. Ce texte très noir est comme une tempête que le•la lecteur•trice se prend de plein fouet autant pour son contenu que pour sa forme, avec des passages magnifiques et d’autres insoutenables. Au milieu de tout cela : notre coeur qui se serre et notre esprit qui se fait percuter.

Difficile de poser ce livre en même temps qu’il est difficile de le lire, une ambivalence qui joue clairement dans le sentiment qui me partage après cette lecture. Je n’ai pas un avis tranché mais ce que je peux dire est ceci : si j’avais eu connaissance du contenu je n’y serai peut-être pas allée, mais une fois le roman ouvert je n’ai pu que rester aux côtés de Duke, dans son cheminement intérieur, dans sa confession avant le jugement dernier, mêlant réalisme et mysticisme. Jugement qui rythme le récit, qu’il soit divin ou humain. Et dans un fatalisme réel, nous comprenons que si la justice juge, elle ne répare jamais ce qui a été commis, elle ne rend pas ce qui a été pris.

La méchanceté crasse a créé la colère et la violence, jusqu’où ira-t-elle ? Avec ce personnage victime qui devient coupable à son tour, Dimitri Rouchon-Borie explore sans manichéisme la notion de responsabilité alors même que les conséquences d’actes passés sont toujours vivaces. Parce que l’on peut être les deux.

Dans l’obscurité des mots, de rares rayons de lumière apparaissent, mais malgré ça, le sentiment d’irréversibilité des événements nous laisse un goût de cendre et un profond malaise. Un premier roman impressionnant.

En savoir plus

Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.

Et vous, approcherez-vous la noirceur de ce texte ?

Retrouvez-moi aussi sur :

12 commentaires

    1. Merci ! 🙂 Je comprends, si j’en avais su un peu plus je crois que je ne m’y serai pas plongée. Mais ça reste une lecture marquante donc je ne regrette pas. Je ne sais toujours pas si j’ai aimé en fait. 😅 Du coup je comprends ta non-attirance.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s