« BUS 83 » de Ramona Bădescu et Benoît Guillaume (Le port a jauni, 2020)

Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris le temps de vous parler de poésie, et c’est avec beaucoup de plaisir que je le fais aujourd’hui avec une très belle maison d’édition : Le port a jauni.

Cette maison d’édition marseillaise publie des albums et des recueils de poésie bilingues en français et en arabe et porte les cultures et les regards de la Méditerranée.

Quatrième de couverture : « Après Par hasard (Le Port a jauni, 2019), Ramona Bădescu et Benoît Guillaume ont renouvelé l’expérience d’une résidence commune. Ensemble, ils ont parcouru le trajet du BUS 83 à Marseille et se sont installés aux mêmes endroits, au même moment, l’un dessinant, l’autre écrivant.

Le BUS 83 va du Vieux-Port à la mer, de jour comme de nuit, on en descend à tout moment, le long de la Corniche. On est dedans, on est dehors, en ville et à la plage, seul et entouré, la ville de Marseille est là ! »

Court recueil de 36 pages est riche d’humanité : il décrit et montre les usagers du BUS 83 de Marseille. L’auteure et l’illustrateur donnent une place à l’individu dans les transports bondés et font ressortir en même temps la composition d’un tout dans sa diversité et dans son commun.

Le BUS 83 amène au bord de mer, l’escapade d’une semaine difficile, le bol d’air des enfants, le moment de répit et de plaisir de beaucoup de personnes. Un autre espace commun.

La description des différences rassemble indéniablement car le•la lecteur•trice se retrouvera dans plusieurs éléments, fera aussi remonter à la suface des souvenirs de moments vécus, des plaisirs oubliés, la chaleur de l’été (si proche et pourtant déjà si lointaine).

Des tranches de vies touchantes, émouvantes, amusantes, des instants volés pour être mieux partagés en mots et en images. Roulée dans ma couette, j’ai presque eu le sentiment d’entendre les conversation et de sentir le soleil.

Un recueil plein de sensibilité, le regard tourné vers les autres, qui offre une place à chacun d’entre nous qui pouvons vite être perdus dans la foule.

La traduction vers l’arabe a été réalisée par Golan Haji, auteur dont je vous parlerai très vite.

Oui, toi aussi / viens ! monte ! / il y a un place / encore / si on se pousse / dans le BUS 83.

Pour en savoir plus


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


Et vous,  ?

Retrouvez-moi aussi sur :

YouTubeInstagram

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s