« Taxi » de Khaled Al Khamissi (Actes Sud, 2009)

9782742799558

Je crois que c’est la première fois que je lis un auteur égyptien et Khaled Al Khamissi m’a fait forte impression. Journaliste, documentariste, son écriture est infiniment sociale et montre une société qui oscille entre fatalisme, révolte et espoir.

Quatrième de couverture : « Portant chacune sur un aspect particulier de la vie sociale, économique ou politique en Egypte, ces cinquante-huit conversations avec des chauffeurs de taxi du Caire composent un tableau fascinant de ce pays à un moment clé (avril 2005-mars 2006) du règne du président Hosni Moubarak – qui sollicitait alors un cinquième mandat. Tout y est, en effet : les difficultés quotidiennes de la grande majorité de la population, la corruption qui sévit à tous les échelons de l’administration, l’omniprésence et la brutalité des services de sécurité, le blocage du système politique, les humiliations sans fin que la population subit en silence, les ravages du capitalisme sauvage…

Consignés en dialecte égyptien avec un humour décapant et un admirable sens de la mise en scène, ces échanges librement reconstitués par l’auteur, sinon entièrement inventés par lui, relèvent à la fois de la création littéraire et de l’enquête de terrain. S’ils font connaître les griefs des gens d’en bas, ils laissent aussi entrevoir les raisons pour lesquelles le pouvoir en place tient bon malgré sa décrépitude et son impopularité.

C’est sans doute cette combinaison inédite de lucidité politique, de tendresse pour les plus faibles et d’humour qui explique la diffusion de Taxi, dans sa version originale, à plus de cent mille exemplaires. »

Ce livre est entièrement composé de rencontres fictives inspirées du réel. Des petites chapitres dans différents taxis, avec différents conducteurs, différents parcours et points de vues sur la situation du pays. J’ai vraiment apprécié ce pluralisme de positions qui montrent que rien n’est jamais simple ou tranché et que, malgré les difficultés, un gouvernement impopulaire en place fait parfois moins peur que l’inconnu.

Publié en 2009, ce livre donne à entendre des voix avant la Révolution égyptienne de 2011. On sent déjà monter la colère. Les chauffeurs de taxi, des hommes jeunes ou plus âgés, expriment un quotidien presque exclusivement étouffé par le manque d’argent. Les salaires sont de misère alors que le prix de la vie explose. Chacun a beau dépenser au minimum, chaque mois enfonce dans la pauvreté. Alors, les chauffeurs travaillent comme des forcenés, s’épuisent au travail, ne voient presque plus leur famille. Les enfants vont à l’école mais l’enseignement traditionnel ne suffit pas et de très nombreuses familles ont recours aux cours particuliers qui coûtent une petite fortune. Chaque jour devient une course pour gagner de l’argent pour les nombreux taxis du Caire. Et pour être taxi et le rester, les frais sont chers et réguliers, officiels et officieux. Il y a toujours une patte qui demande à être graissée. Les chauffeurs parlent pour l’ensemble de la société, entre leurs histoires propres et celles de leurs passagers, ils sont un miroir de la société.

La vie est comme un serpent qui se mord la queue et, pour ceux qui voudraient que le gouvernement change, la fatalité des élections truquées ronge le moral.

En 2013, un coup d’Etat met sur le siège de la présidence Abdel Fattah al-Sissi et les libertés et droits de l’homme connaissant à nouveau un recul. Mais des hommes et des femmes continuent de faire porter leur voix pour une société plus juste. Les différents événements politiques et sociaux rendent ce livre de Khaled Al Khamissi actuel malgré le fait que la situation ne soit pas tout à fait la même. Les sujets au coeur de ces textes : le pouvoir faussement démocratique, la corruption, le peuple qui en paie le prix au quotidien, les libertés individuelles (notamment des femmes), la place de la religion, la culture égyptienne.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, quel•le auteur•e égyptien•ne recommanderiez-vous ?

Retrouvez-moi aussi sur :

YouTubeInstagram

9 commentaires

  1. Ça m’a l’air d’être d’une richesse rare… si tu veux découvrir d’autres plumes égyptiennes, je ne peux que te conseiller J’irai courir vers le Nil, un coup de poing magistral.

    Aimé par 1 personne

  2. Je l’ai repéré mais je ne l’ai pas encore, je crois qu’il va falloir que je le trouve… 😀 Merci pour ce conseil, j’ai l’impression qu’il a été une claque pour beaucoup de lecteurs et lectrices, ça a de quoi me rendre très curieuse ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Il vaut vraiment le détour (même si les premières pages sont un peu laborieuses). C’est une autre manière de découvrir l’Égypte, son histoire et son peuple, et c’est diablement bien fait !

    Aimé par 1 personne

  4. Il est bien ajouté à ma liste, tu m’as entièrement convaincue ! 😀 Et je retiens qu’il faudra peut-être forcer un peu au début mais que le meilleur sera à venir (j’aime savoir ce genre de choses car je peux abandonne assez vite).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s