« Apprendre à tomber » de Mikaël Ross (Sarbacane, 2019)

81kQKhYTcdL

Je n’avais pas vu passer ce roman graphique à sa parution et c’est l’un de mes libraires, voyant mes achats sur des enfances fissurées, qui me l’a vivement conseillé. Je l’ai donc ajouté à la pile sans pour autant savoir à quoi m’attendre. Et c’est une histoire à la fois tendre et poignante que nous livre Mikaël Ross.

Quatrième de couverture : « Depuis la mort soudaine de sa mère, la vie bien organisée de Noël vole en éclat. Il a rencontré cet homme étrange à la barbe blanche qui a dit qu’il ne pouvait plus rester seul. L’homme a dit aussi que Noël devait déménager, loin de Berlin, loin de chez lui. Mais lui, Noël, il veut rester ici, à Berlin, dans le vieil appartement qu’il a toujours connu. Mais Noël n’a pas le choix, il doit se plier à la volonté des autres… Il est envoyé dans un établissement de soins, où il y a d’autres personnes handicapées, comme lui… Tu verras – a dit l’homme : ici c’est spécial, différent des autres centres, chacun a son appartement et doit apprendre à se gérer, tu y seras bien. C’est la première fois de sa vie que Noël vit seul. C’est aussi la première fois qu’il doit faire avec autant d’autres personnes. Pas facile quand on a été protégé par un amour maternel immense et inconditionnel. À qui peut-il faire confiance ? Qui peut-il aimer ? Qui l’aime vraiment ?… »

Noël est un jeune homme atteint d’un handicap mental. Jusqu’à présent, il a toujours vécu sous la protection de sa mère, seule personne peut-être à véritablement le comprendre et lui permettre d’affronter le quotidien. Mais, une nuit, sa maman fait un AVC. Dès le début de cette histoire j’ai eu le coeur particulièrement serré pour ce garçon qui comprend que la situation n’est pas normale et qui doit réagir et trouver de l’aide avec ses forces et ses faiblesses. A l’hôpital, la sentence tombe : sa maman est dans le coma et les médecins ne peuvent dire si elle se réveillera.

Sans maman et sans autonomie, Noël va être emmené dans une institution spécialisée qui a la particularité d’être très intégrée parmi les habitants d’une ville allemande. Une institution avec des règles mais aussi avec des espaces de liberté. Une institution avec d’autres personnes qui doivent accorder leurs caractères et leurs émotions. Ce sera pour Noël une épreuve : quitter sa maman, quitter sa maison, se reconstruire un quotidien, s’intégrer et se faire des amis. Peut-être aussi tomber amoureux d’une princesse. Qui sait ?

En petits chapitres qui montrent des séquences de cette nouvelle vie, nous faisons nous aussi nos premiers pas dans cette nouvelle vie aux côtés de Noël. Nous espérons avec lui que sa maman se réveillera et nous découvrons des personnalités singulières, attachantes bien que parfois intimidantes. Et dans ce quotidien d’aujourd’hui se rappelle l’histoire, celle de la place des personnes handicapées dans la société, de l’évolution de la considération qui leur est portée mais aussi des périodes tragiques.

En fin d’album, une documentation sur ce lieu qui existe réellement, à l’initiative d’une association, vient appuyer les propos du roman graphique. De quoi prendre encore davantage conscience de l’importance des établissement de soins et de l’apport de l’inclusion.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : SambaBD


 

Et vous, quel livre sur le handicap mental recommanderiez-vous ?

10 commentaires

  1. Tu m’as donné envie de le découvrir !
    Sur l’autisme asperger, j’ai lu le très joli Et la lune là-haut, de Muriel Zürcher, ou le jeune homme vit seul avec sa maman depuis tout petit jusqu’à ce qu’elle décède… C’est chez Thierry Magnier et c’est drôle et touchant

    Aimé par 1 personne

  2. Merci beaucoup ! 🙂 Si tu as l’occasion de le trouver et de le lire, j’espère qu’il te plaira ! En effet, j’ai le sentiment que ce sujet est encore assez peu représenté, en tout cas je le croise rarement.

    J'aime

  3. J’espère qu’il te plaira ! 😀 De mon côté je mets tout de suite ta recommandation dans ma liste ! Je l’avais remarqué à sa sortie l’an dernier et puis, pfiout, il m’est sorti de l’esprit. Merci beaucoup !

    Aimé par 1 personne

  4. C’est vrai qu’elle n’a pas beaucoup fait parler d’elle, et si mon libraire ne m’en avait pas parlé je ne l’aurais pas du tout connue. Comme quoi, malgré la vitalité du monde littéraire et des lecteurs•trices, il y a de belles choses qui n’ont pas ou peu de visibilité. J’espère que ce roman graphique te plaira si tu as l’occasion de le lire. Pas un coup de coeur pour moi, mais un moment très agréable. 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s