❤ « Les neiges bleues » de Piotr Bednarski (Le Livre de Poche, 2008)

71XvKRilbtL

Quelle émotion à la lecture de ce récit autobiographique ! Piotr Bednarski nous emmène dans sa mémoire, dans son enfance, il retrouve ce regard plein d’espoir et en même temps sans ignorance de la réalité. Une lecture qui touche au cœur et qui interroge le mal qui ronge l’humanité.

Quatrième de couverture : « Au cœur du système répressif soviétique des années 1940, dans l’antichambre du goulag, quelque part en Sibérie, un petit garçon de huit ans tente de conserver cette joie de vivre propre à l’enfance. Malgré les morts, les disparitions, les emprisonnements, le jeune Petia, condamné à devenir adulte avant d’avoir dix ans, va survivre grâce à la foi, mais surtout grâce à la poésie. Un récit autobiographique bouleversant. »

Le père de l’auteur est considéré comme ennemi du système soviétique en tant que militaire polonais, il est là-bas, un peu plus loin, au goulag. Le reste de la famille est considérée comme une sous-population, elle n’a plus de droit et doit rester dans un village de Sibérie sous la surveillance de membres du Parti. Un pas de travers, un mot de travers et c’est la menace du goulag qui se pose sur eux. Et, bien sûr, le froid et la faim qui mordent et tiraillent au quotidien dans cette région où les conditions de vie sont extrêmes.

Dans ce contexte, le jeune Petia va nous parler du quotidien. Chaque chapitre concerne un souvenir et les chapitre créent un maillage de cette période de sa vie, avec ses petites chances et ses grands malheurs. Il nous parle de sa mère, dont la grande beauté sera à la fois sa protection et sa condamnation, de son père, ce fantôme fier et source de fierté, de ses amis, des hommes au grand coeur qui sont passés dans sa vie, de sa grand-mère perdue sur la route puis retrouvée, mais tout le temps, dans chaque chapitre, de l’influence et de l’impact des membres du Parti qui assombrissent les instants, qui menacent au nom de Staline comme au nom de leur intérêt personnel.

Cette autobiographie est aussi emprunte de foi, cette foi transmise par sa mère et qui donnera du courage au jeune garçon et à ses amis. Cette foi comme une lumière dans l’obscurité, qui bénit les opprimés et qui parle au cœur du lecteur qu’il soit croyant ou non car elle est portée dans ce qu’elle a de plus humain : l’amour des autres.

Une magnifique découverte emprunte d’un immense goût de vivre, parfois un peu humide de larmes, mais qui gonfle notre humanité. J’ai déjà la suite dans ma bibliothèque, Un goût de sel, qui sera lu sans tarder.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Des livres et des films


 

Et vous, quel témoignage ou roman sur la déportation en Sibérie recommanderiez-vous ?

18 commentaires

  1. Il l’est, je confirme. Je ne peux que le recommander. 🙂 Je vais sûrement le deuxième volet ce week-end, et il va falloir que je me secoue pour le challenge coréen aussi. ^^

    J'aime

  2. J’en porte très joyeusement la responsabilité ! 😀 Merci beaucoup à toi, c’est le plus beau des compliments que je puisse lire ! :3 J’allais justement préparer ma liste d’achats de déconfinement, j’ai mal d’avance… Donc je comprends. ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Je vais me faire violence et attendre un peu pour mes achats littéraires de déconfinement, même si j’ai pas mal lu, ma bibliothèque ne s’est pas encore assez allégée! Reste à voir combien de temps tient cette bonne résolution… 😂

    Aimé par 1 personne

  4. Toute la question est là : combien de temps ? ^^ J’ai déjà essayé de me dire « plus tard, plus tard », mais le seul fait de me dire de me restreindre me fait plus vriller que d’habitude. Donc j’achète régulièrement mais peu à chaque fois (depuis que j’ai changé de boulot aussi, et que je ne pourrais pas être payée moins…).

    J'aime

  5. Oh oui, mon oreiller a été un peu humide et en même temps, le regard de l’enfant est tellement plein d’espoir que tu crois avec lui, tu souris aussi avec lui des toutes petites victoires. Magnifique. ♥

    J'aime

  6. Je l’ai découvert via le blog de Goran et j’ai découvert depuis beaucoup d’avis très positifs, le tien y compris. Pour répondre à la question, je conseillerais un roman récent de Gouzel Iakhina « Zouleikha ouvre les yeux » (https://etsionbouquinait.com/2019/03/17/gouzel-iakhina-zouleikha-ouvre-les-yeux/) mais aussi « En escarpins dans les neiges de Sibérie » de Sandra Kalniete (https://etsionbouquinait.com/2018/03/09/sandra-kalniete-en-escarpins-dans-les-neiges-de-siberie/)

    Aimé par 1 personne

  7. Merci beaucoup pour ces suggestions, elles ont immédiatement été glissées dans ma wishlist ! 🙂 Et l’une de tes chroniques me rappelle aussi que je dois me plonger dans Ludmila Oulitskaïa ! Merci encore, j’ai hâte de pouvoir les découvrir !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s