❤ « Donbass » de Benoît Vitkine (Les arènes, 2020)

Donbass_Plat-1-avec-bande-1

Je me lance petit à petit dans les romans de genre policier ou noir. Après quelques expériences mitigées, j’ai eu un énorme coup de coeur pour Donbass. Une lecture qui m’invite vivement à poursuivre l’effort.

Quatrième de couverture : « Sur la ligne de front du Donbass, la guerre s’est installée depuis quatre ans et plus grand monde ne se souvient comment elle a commencé. L’héroïsme et les grands principes ont depuis longtemps cédé la place à la routine du conflit. Mais quand des enfants sont assassinés sauvagement même le Colonel Henrik Kavadze, l’impassible chef de la police locale, perd son flegme.

Un enquêteur dans le bourbier ukrainien, le thriller du correspondant du Monde à Moscou. »

Benoît Vitkine propose avec ce premier roman une intrigue dans une zone géographique et politique singulière : le Donbass. Région oubliée du monde, laissée sous les bombes et dans une guerre de position. Son personnage principal, le Colonel Henrik Kavadze est tout aussi particulier, ce qui le rend infiniment réaliste même si, dans mon cas, pas forcément attachant. Mais après tout, nous ne sommes pas là pour l’aimer mais pour le suivre, pour comprendre ce qui se trame dans cette région, dans ce pays, dans le passé des familles et des vies.

Car le corps d’un petit garçon retrouvé mort va secouer beaucoup de personnages, exhumer beaucoup de passés dans une ville où les vies sont liées d’une façon ou d’une autre. Les liens sont humains mais sont aussi finances et magouilles là où la corruption et les arrangements sont monanie courante, pleinement assumée. C’est comme ça que ça marche, point barre. Jusqu’au coeur de la police, on étouffe des affaires, on ignore, on se satisfait d’impressions et de conclusions hâtives. Il ne faut surtout pas aller gratter trop loin. Mais une affaire peut se révéler bien plus complexe qu’il n’y paraît et Benoît Vitkine mène le lecteur par le bout du nez du début à la fin de ce roman, offrant un dénouement déchirant.

Je dois avouer qu’au début j’ai dû forcer pas mal pour continuer ma lecture. En cause : ma fâcheuse tendance à papillonner et à fermer vite un livre, mais aussi mon manque de proximité avec le genre policier. Mais là, je suis heureuse d’avoir poussé davantage jusqu’à le dévorer entièrement, jusqu’à avoir froid dans le dos et dans les tripes. Je ne peux que vous encourager à le découvrir et, si vous avez quelques difficultés à vous plonger dans l’histoire, à insister.

Le point fort de ce roman est pour moi la qualité de journaliste de l’auteur. Rien de tel qu’un expert de cette région et du conflit pour proposer un texte extrêmement réaliste et apporter des éléments de contexte que j’ai beaucoup apprécié. Parce que j’aime comprendre certains tenants et aboutissants et parce que l’épaisseur du texte n’en est que plus intéressante à mes yeux. L’écriture est vive, l’ironie est très efficace et la froideur des hivers retranscrite dans le ton. C’est rude et fort.

En conclusion, je suis vraiment heureuse d’avoir eu mon premier coup de cœur policier de l’année, teinté d’antimilitarisme et d’humanité, et j’espère que Benoît Vitkine écrira d’autres romans car ça lui va très bien, et à nous aussi.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Black roses for meCulture VS NewsLa plume démasquéeActu du NoirLivresse du Noir


 

Et vous, avez-vous un polar socio-politique à conseiller ?

Retrouvez-moi aussi sur :

YouTubeInstagram

5 commentaires

    1. J’avoue que la couverture m’a fait m’approcher de l’univers polar à pas rapide. ^^ C’est une vraie ambiance que nous propose l’auteur, c’est bien documenté et le dénouement m’a secouée. J’espère donc que tu seras autant séduite que moi ! 😀

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s