👁 « La terre invisible » de Hubert Mingarelli (Buchet-Chastel, 2019)

9782283032244

Cet article a Ă©tĂ© publiĂ© une premiĂšre fois le 2 septembre 2019. Il restera pour moi un souvenir de joie immense Ă  l’annonce de sa sortie, d’une excitation sans nom lorsque je l’ai reçu et d’une grande tristesse de devoir le quitter. Il sera aussi le dernier livre d’Hubert Mingarelli publiĂ© de son vivant.

Ce roman faisait partie de mes grandes attentes de la rentrĂ©e littĂ©raire de cet automne. DĂšs qu’il est question d’Hubert Mingarelli je deviens fĂ©brile d’impatience. Cet auteur de l’intimitĂ©, ce poĂšte de la pudeur, ce magicien des Ă©motions, je prends toujours soin d’avoir plusieurs de ses romans non lus dans ma bibliothĂšque. Ainsi, lorsque le moral n’est pas trĂšs haut je sais que je peux en lire et me lover auprĂšs de ses mots dĂ©licats. C’est donc avec une immense joie que j’ai dĂ©couvert ce dernier roman en avant-premiĂšre grĂące aux Ă©ditions Buchet-Chastel et Ă  Netgalley France. Qu’ils en soient ici infiniment remerciĂ©s.

QuatriĂšme de couverture : « En 1945, dans une ville d’Allemagne occupĂ©e par les alliĂ©s, un photographe de guerre anglais qui a suivi la dĂ©faite allemande ne parvient pas Ă  rentrer chez lui en Angleterre. Il est sans mot devant les images de la libĂ©ration d’un camp de concentration Ă  laquelle il a assistĂ©.

Il est logĂ© dans le mĂȘme hĂŽtel que le colonel qui commandait le rĂ©giment qui a libĂ©rĂ© le camp. Ayant vu les mĂȘmes choses qui les ont marquĂ©s, ils sont devenus des sortes d’amis. Un soir, le photographe expose son idĂ©e de partir Ă  travers l’Allemagne pour photographier les gens devant leur maison. Il espĂšre ainsi peut-ĂȘtre dĂ©couvrir qui sont ceux qui ont permis l’existence de ces camps. Le colonel met Ă  sa disposition une voiture et un chauffeur de son rĂ©giment. C’est un trĂšs jeune soldat qui vient d’arriver et qui n’a rien vu de la guerre.

Le photographe et son jeune chauffeur partent au hasard sur les routes. Le premier est hantĂ© par ce qu’il a vu, et le second est hantĂ© par des Ă©vĂšnements plus intimes survenus chez lui en Angleterre. Le roman est ce voyage. »

Paru le 15 aoĂ»t, soit le mĂȘme jour que le dernier roman de Laurent Sagalovitsch qui s’intĂ©resse Ă©galement Ă  la dĂ©couverte des camps de concentration et d’extermination nazis par les AlliĂ©s, j’ai trouvĂ© ce choix Ă©ditorial vraiment remarquable. Hubert Mingarelli va aborder ce sujet de façon particuliĂšrement taiseuse : le personnage principal revit le traumatisme de la dĂ©couverte d’un camp dĂšs lors que son esprit est relĂąchĂ© par le sommeil, son compagnon, trĂšs jeune dĂ©barquĂ© sur les territoires ravagĂ©s de l’Allemagne, est lui tiraillĂ© entre une violence ancienne et la frustration de ne pas avoir pu combattre.

Une chose est sĂ»re : pour le photographe qui en a trop vu le retour n’est pas encore possible. Avec la jeune recrue qui devient son chauffeur, il va choisir d’Ă©cumer les routes pour fixer sur pellicule les portraits des habitants des environs. Dans leur simplicitĂ©, en famille, devant leur foyer, les vaincus s’exposent plus ou moins facilement au regard du vainqueur. Une quĂȘte Ă  la recherche de la culpabilitĂ© autant que de l’humanitĂ© – lĂ  oĂč le crime contre l’humanitĂ© sera juridiquement dĂ©fini – pour sauver sa propre foi alors que la rancƓur a dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  tisser sa toile amĂšre dans les ventres et les esprits. Comment ont-ils pu laisser faire ? Cette quĂȘte sera plus libĂ©ratrice que prĂ©vu et sera l’occasion pour les deux personnages principaux de se rencontrer alors que chacun d’entre eux est coincĂ© dans un passĂ© qui les a changĂ©s Ă  jamais.

Comment rentrer chez soi quand on ne sera plus jamais le mĂȘme et qu’une part de nous est prisionniĂšre ? Hubert Mingarelli nous laisse choisir lĂ  oĂč les ombres couvrent les mots – et peut-ĂȘtre les esprits. Il n’a peut-ĂȘtre pas la puissance de Quatre soldats ou d’Un repas en hiver mais retrouver Hubert Mingarelli a Ă©tĂ© un immense plaisir.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniquĂ© : Alex mot-Ă -mots ‱ Les lectures de Sophie ‱ Le goĂ»t des livres ‱ Pamolico : critiques, cinĂ©ma et littĂ©rature


 

Et vous, quel est votre roman prĂ©fĂ©rĂ© d’Hubert Mingarelli ?

11 commentaires

    1. En effet, je suis allĂ©e la lire et tu as Ă©tĂ© un peu moins convaincue malgrĂ© la poĂ©sie. 🙂 Ça arrive et je peux comprendre. J’ai republiĂ© l’article pour l’hommage sans mettre Ă  jour les liens Ă  la fin, j’ajoute de ce pas celui vers ta chronique. 😉

      J'aime

          1. Mince, je suis un peu truite, j’ai pas fait attention et je pensais parler d’une autre auteure (Ă  savoir BĂ©rengĂšre Cournut). XD (Je relĂąche trop le week-end, ça atteint mes neurones et je mĂ©lange les conversations…). Personnellement je suis raide dingue d’Hubert Mingarelli mais je comprends que ce roman ait moins touchĂ© une partie des lecteurs (pour moi la fin est arrivĂ©e trop vite, j’en voulais plus). Mais je rectifie donc mon commentaire prĂ©cĂ©dent : il a Ă©crit de nombreux romans magnifiques, son Ă©criture me fait vibrer et mon cƓur est Ă  lui. ^^ Il a laissĂ© deux romans achevĂ©s, ils paraĂźtront trĂšs sĂ»rement de façon posthume. Mais quand ? C’est un mystĂšre.

            J'aime

          2. Il me semblait bien avoir compris que tu avais adorĂ©… mais dans le doute !
            J’ai beaucoup aimĂ© l’Ă©criture mais il me manquait une fin en soi, la raison d’ĂȘtre de ce livre… mais je prendrais plaisir Ă  lire d’autres de ces Ɠuvres 🙂

            Aimé par 1 personne

          3. Je comprends, j’aurais aimĂ© avoir quelques clĂ©s de comprĂ©hension sur les parcours des personnages aussi. 🙂 Je suis sĂ»re que tu pourras trouver chez cet auteur des perles, je ne peux que te recommander « Quatre soldats » qui est bouleversant. ♄

            Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s