« La jeune fille et le soldat » d’Aline Sax (La joie de lire, 2017)

jeune_fille_et_soldat_RVB

Cela faisait un long moment que je souhaitais lire ce roman pour la jeunesse car il aborde deux sujets qui m’intéressent : les conflits contemporains et les discriminations. Dans Le petit Prince nous pouvons lire qu’on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux, dans ce roman Aline Sax donne le sentiment d’être un écho à cette phrase qui a marqué de nombreuses générations et de nombreux petits cœurs.

Quatrième de couverture : « La rencontre improbable d’une jeune fille et d’un soldat qui aiment à s’asseoir sur le même banc. L’homme parle de son pays, de sa femme, de son fils et de ses chèvres. La jeune fille évoque son père parti pour le front. Mais, un jour, le soldat n’est pas au rendez-vous. La jeune fille décide de partir à sa recherche, coûte que coûte. »

Une jeune fille, aveugle, voit pourtant plus que les adultes dont les yeux décryptent les images du monde. Elle entend les émotions des voix, les paroles dans les silences, les parfums qui font partie de chacun de nous. Quand elle rencontre le soldat, elle trouve  à la fois une oreille rassurante, un ami, mais aussi la preuve que l’on peut revenir du front et garde ainsi l’espoir de pouvoir revoir son père.

Un rituel va se mettre en place pour se duo singulier : à chaque retour du soldat du front, ils se retrouvent sur un banc. Ils se parlent, ils se taisent. Ils s’apprécient dans les mots et les silences, ils se respectent et s’apprécient, ce qui est très mal vu par les adultes du village. Mais un jour le soldat ne vient pas.

Va alors commencer un périple désespéré pour la jeune fille qui ne peut se résoudre à la disparition de son ami. Il doit revenir. S’il lui est arrivé quelque chose, elle le trouvera et ne le laissera pas seul. Mais comment savoir où aller ? Comment le trouver alors qu’il est peut-être près des bruits et des dangers du front ?

Une histoire d’amitié et de courage très touchante, qui nous parle du manque des proches, de l’absurdité de la guerre, des soldats enrôlés dans les colonies françaises et débarqués dans la violence et la boue, dans une guerre qui n’est pas la leur, et qui montre que l’amour et l’attention que nous portons aux autres peuvent sauver. Une magnifique découverte à découvrir à partir de 11 ans.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique récente trouvée pour le moment.


 

Et vous, quel(s) roman(s) fort(s) sur l’amitié conseillez-vous ?

1 Comment

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s