« Je ne suis pas fou » d’André Marois (Héliotrope, 2019)

1324317061

Petite découverte anxiogène pour ce début d’année venteux et gris : de quoi mettre de l’ambiance à mes moments de détente littéraire. Un livre de peu de pages (128) mais qui n’a pas besoin de plus pour installer doute et malaise, fort inconfort et, au final, une lecture qui marque comme un coup sur une peau bien trop fragile.

Quatrième de couverture : « Chaque soir, c’est pareil : maman prépare une tarte aux pommes et l’enfourne. Papa et moi regardons les nouvelles à la télé. Après l’émission, un cri retentit toujours de la cuisine, puis le bruit d’une chute. Mon père et moi nous précipitons. La tarte est renversée sur le sol ; maman explique qu’elle l’a fait tomber à cause du moule qui était brûlant. Papa s’allume une cigarette sans rien dire et part à la recherche de son cendrier. Chaque soir c’est pareil, et mes parents font comme si de rien n’était. Je crois qu’ils veulent me rendre fou.

Dans ce roman glaçant, un jeune garçon voit sa maison devenir le théâtre d’une lutte pour sa survie et doit parer les coups diaboliques de ceux dont il attend pourtant le réconfort. »

Un jeune garçon nous invite dans son quotidien, en quelque sorte comme uniques témoins de la vie qu’il subit. Ses parents veulent le rendre fou et il résiste, il observe et fait en sorte de ne pas réagir afin que les adultes ne le soupçonnent pas de comprendre. A nous de nous positionner : a-t-il raison ou est-il dans un état paranoïaque ? Du doute à la conviction, nous sommes positionnés en adultes qui doivent croire ou non la parole de l’enfant.

Peu à peu l’air s’épaissit et les actes glaçants se succèdent. Nous vivons avec ce jeune et triste héros (car le courage ne lui manque pas) les épreuves, nous avons peur avec lui, nous lui soufflons des pensées réconfortantes, nous ne comprenons pas les rouages du piège qui l’entoure mais ne pouvons que faire face.

Efficace, ce livre l’est. Mais quelle finalité à cette folie ? Poussé jusqu’à un extrême qui est un arbre qui cache une forêt, il nous tord le ventre et l’esprit autour de la maltraitance faite aux enfants. Des scènes absurdes dont on cherche le sens ne mettent que plus en évidence que rien ne justifie les violences physiques et/ou psychologiques.

Ce livre a été ma première rencontre avec André Marois, auteur qui écrit beaucoup de romans noirs pour adultes comme pour la jeunesse. Je ne peux que confirmer, c’est très sombre. Si vous souhaitez vous y frotter je ne peux que vous y inviter, mais tout en vous prévenant qu’il secoue et qu’il vous faudra prendre une grande inspiration avant de vous lancer. Car l’air viendra à manquer.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, connaissez-vous cette maison et avez-vous d’autres livres à en recommander ?

6 commentaires

  1. J’ai reçu ce roman… il faudrait que je m’y plonge. J’aime bien André Marois normalement. Et merci à Stephie de m’avoir fait découvrir ton blog! Je ne connaissais pas du tout! Je cherchais des nouveaux blogs à suivre (suis une vieille vieille blogueuse qui n’avait rien cherché de neuf depuis des années) et elle m’a suggéré tes billets nouveaux-blogs!

    Aimé par 1 personne

  2. Oh merci beaucoup pour ce message ! Je suis très touchée par ton attention et suis infiniment émue qu’on puisse conseiller certains de mes articles. *Rayon de soleil dans cette journée grise* J’espère que tu feras de belles découvertes parmi les nouveaux blogs. 🙂

    Ce roman a été ma première rencontre avec André Marois, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et ça a été vraiment particulier. Je suis curieuse d’en connaître ton retour étant donné que tu connais déjà l’auteur. 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s