« Black River » de Josh Simmons (Huber, 2019)

black-river0

Je vous emmène aujourd’hui dans un roman graphique à l’ambiance post-apocalyptique. Parce que prendre soin de son moral c’est important. Mais, blague à part, je suis bien embêtée avec ce livre car je ne l’ai pas vraiment apprécié. Autant il m’a rendue très curieuse quand je l’ai croisé, autant à la lecture il ne m’a fait ni chaud ni froid. Ou plutôt froid, s’il faut choisir.


Quatrième de couverture : « Notre monde n’est plus. Le progressisme, le savoir, la sécurité, le confort et la civilisation ont laissé place a l’obscurantisme, la barbarie et la survie quotidienne. Dans cet enfer à ciel ouvert, un groupe de femmes, exténuées mais déterminées tente de trouver Gattenburg, ville mythique où l’ancien monde aurait laissé des traces. Légende ou réalité ? Ce n’est qu’au bout d’un voyage, ou l’insoutenable côtoiera le désespoir, qu’elles découvriront la vérité… »


Un groupe de femmes (et un homme), parcourent un monde détruit, calciné, dont il ne reste que peu de survivants. Jour après jour, il faut bouger, avancer. Mais pour aller où ? Alors que le groupe découvre un hangar rempli de denrées devenues rares, un cadavre dans un coin conserve, lui, un journal personnel dans lequel il est fait mention d’une ville où un bâtiment aurait conservé de nombreuses fonctionnalités nécessaires à la protection et à la survie : Gattenburg. Le groupe a désormais un objectif plus précis mais sur le chemin des épreuves pourraient ne pas les laisser indemnes.

L’ambiance se met bien en place en même temps qu’un malaise tenace car il est difficile de s’attacher au groupe (en tout cas, je n’ai pas réussi). La violence a été un peu trop présente à mon goût, surtout car les proies sont des femmes donc il est facile d’imaginer une partie de ce que les prédateurs ont l’intention d’en tirer. L’ensemble pourrait fonctionner mais le manque d’attachement et la fin qui ne m’a pas emballée (je ne l’ai en partie pas saisie) font que je ne garderai pas un souvenir marquant de cette lecture. Dommage, car le potentiel était là mais je ne suis peut-être pas le profil de lecteur cible.

Je ne connaissais ni la maison d’édition, ni l’auteur, ni rien (je ne crois pas avoir croisé d’avis dessus), donc si vous en savez plus n’hésitez pas à partager vos infos. Je suis évidemment prête à retenter cette maison, mais davantage sur conseil.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, est-ce un univers qui pourrait vous attirer ?

3 commentaires

  1. Le résumé est plutôt attirant et je pense que j’aurais moi aussi succombé. Après, trop de violence? Ca pourrait aussi me gêner si c’est trop gratuit. A voir si je tombe dessus. Mais comme toi, je ne connais ni l’auteur, ni la maison d’édition.

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense qu’il fallait tenter et je suis sûre qu’il peut trouver son public. Mais oui, comme tu dis, trop de violence que je n’ai pas comprise. Ca me rassure de ne pas être la seule à n’avoir aucun indice sur l’auteur et la maison d’édition. Je crois vraiment ne jamais l’avoir croisée et si j’ai bien compris elle fonctionne beaucoup avec le financement participatif. Donc peut-être a-t-elle plus de visibilité via les canaux alternatifs.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s