« Nous allons toutes bien » d’Ana Penyas (Cambourakis, 2019) #RLBD2019

Nous sommes en partie d’où nous venons et c’est dans cette idée qu’Ana Penyas a souhaité recueillir les témoignages de ses deux grands-mère. Pour cela et aussi pour savoir qu’elle a été leur vie en tant que femmes, épouses, mères, tout ça indépendamment, tout ça à la fois.

Quatrième de couverture : « Quand j’ai annoncé à ma grand-mère Maruja que j’avais l’intention de faire une bande dessinée inspirée de sa vie, elle m’a répondu que je ferais mieux d’écrire une histoire d’amour. Quand j’ai annoncé la même chose à ma grand-mère Herminia, elle a sauté de joie et m’a dit : “Mais oui, bien sûr, ma chérie.”

Alors, équipée d’un magnétophone, je suis allée voir ma grand-mère Maruja pour qu’elle m’explique, par exemple, ce qui se cachait derrière ces fleurs peintes sur un tableau et la raison de son obsession pour la cuisine.

Ensuite, j’ai rendu visite à ma grand-mère Herminia et j’ai découvert à quel point sa grand-mère Hermenegilda avait compté pour elle, et d’où lui venait cet air bohème.

Les femmes de leur génération, sur lesquelles nous ne veillons pas comme elles ont veillé sur nous, ont toujours été les personnages secondaires d’autres vies que les leurs : épouse de, mère de, ou grand-mère de. Comme Maruja, comme Herminia. Leurs anecdotes, leurs idées et leur monde sont présents dans ce livre qui leur rend hommage et s’attache à leur confier le premier rôle. Ana Penyas »


Il est important de connaître le passé pour comprendre le présent dans ce qu’il a de positif comme de négatif, dans ce qu’il est factuellement. Ana Penyas retrace le parcours de ses aïeules et, avec elles, une époque se dessine. Celle durant laquelle une femme dépendait d’un mariage et était épouse et mère plus qu’elle-même, ne s’appartenant pas entièrement. Mais ce schéma n’enlève rien au courage de chacune bien au contraire, que ce soit en tenant bon dans le quotidien ou en faisant des choix d’indépendance qui étaient énormes à l’époque et en les assumant quoi qu’il arrive.

Donner voix et image à ces deux femmes c’est leur faire une place qu’elles n’ont jamais eue : la première. Alors que les maris sont décédés, alors que les enfants ont grandi et ont établi ailleurs leur nid, elles se retrouvent seules. Étrange gratitude. Les mettre en valeur c’est aussi nous faire réfléchir à la vie de nos propres grands-mères et à l’oreille que nous leur prêtons parfois trop peu.

Bien que parfois j’aie trouvé difficile de suivre et reconnaître les différents personnages et je n’aie pas basculé du côté du coup de coeur, j’ai trouvé ce roman graphique très doux et très intéressant dans ce qu’il nous dit de deux femmes qui ont eu des vies différentes et qui vivent la vieillesse chacune à sa façon. Deux femmes qui abordent le passé avec un regard différent. Deux femmes dans leur singularité, dont les propos sont transcrits avec, on le sent, une infinie affection. Petit plus en ce qui me concerne, ce livre aborde aussi deux jeunesse durant la guerre d’Espagne et sous le fascisme, car on a aussi tendance à oublier que nous sommes peu de générations à ne pas avoir connu la guerre de façon frontale, directe, à la porte du foyer. Entre caractère bien trempé et douceur, il est possible que chacun d’entre nous retrouve un peu de ses mamies. Une pensée s’envole et on se dit que, la prochaine fois (si cela est encore possible), on prendra le temps et on parlera.

Alors, toi mamie, c’était comment quand t’avais mon âge ? Et si tu étais née en même temps que moi, qu’aurais-tu aurais fait différemment ? Qu’aurais-tu fait de la même façon ? Et, tout simplement, est-ce que ça va ?

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, quel livre sur le dialogue intergénérationnel recommanderiez-vous ?

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s