❤ « Je ne reverrai plus le monde : textes de prison » d’Ahmet Altan (Actes Sud, 2019) #RL2019

Me voilà confrontée à une chronique difficile. J’ai immensément été touchée par ce livre d’Ahmet Altan dont je n’avais lu aucun roman (et voilà que j’ai honte) mais dont je connaissais le talent par réputation. Ce livre, espérons qu’il soit loin d’être le dernier, nous engage. Loin de la plainte, Ahmet Altan se bat avec les mots et la force de l’imaginaire.


Quatrième de couverture : « Ahmet Altan est romancier, essayiste et journaliste, il était aussi rédacteur en chef du quotidien Taraf jusqu’au 15 juillet 2016. À cette date, la Turquie s’enflamme, des milliers de personnes descendent dans la rue à Istanbul et à Ankara suite à une tentative de putsch. Le lendemain commence une vague d’arrestations parmi les fonctionnaires, les enseignants, l’armée et les journalistes. Ahmet Altan fait partie de ceux-là, il sera condamné à perpétuité, accusé d’avoir appelé au renversement du gouvernement de l’AKP. Ahmet Altan a 69 ans.

Ces textes sont écrits du fond de sa geôle. Poignants, remarquablement maîtrisés, ces allers-retours entre réflexions, méditations et sensations expriment le quotidien du prisonnier mais ils disent aussi combien l’écriture est pour lui salvatrice. Tel un credo il s’en remet à son imagination, à la force des mots qui seule lui permet de survivre et de franchir les murs.

Un livre de résilience exemplaire. »


Du fond de sa cellule, Ahmet Altan nous dit le quotidien dans ce qu’il a de dénué d’humanité mais aussi dans ses petits bonheurs inattendus. Mais au-delà du quotidien il nous rappelle l’importance de la littérature et des voyages de l’esprit qui permettent de faire tomber, ne serait-ce que temporairement, les murs qui l’entravent et le coupent de toute une vie. Il nous interpelle sur les charges mensongères et les juges minables qui l’ont condamné à la prison à perpétuité. Car il est enfermé en tant qu’intellectuel, en tant qu’écrivain libre de ses mots et de sa pensée. Cette situation n’appartient pas au passé, elle est aussi le présent sous le même ciel et les mêmes étoiles que les nôtres.

L’enfermement se veut muselière, destruction morale. Et pourtant, Ahmet Altan a réussi à résister. Car les mots et l’imaginaire ne peuvent être limités par des murs quand on parvient à conduire son esprit en voyages. Il se réfugie dans des lectures passées, des personnages au courage inspirant, à son histoire familiale et refuse ce qui lui est imposé. Si son corps est enfermé, son esprit n’est pas près de l’être et c’est en cela que l’on reconnait les grands hommes dont jamais nous ne devons oublier le nom. Car ils sont des leçons.

Ce témoignage hautement littéraire ne manque pas d’humour et de poésie, qui sont aussi des armes de l’esprit. Il faudrait pouvoir le glisser entre toutes les mains et parler : de littérature, de liberté, de religion, de dignité, de résistance à la folie et à la paranoïa des hommes.

Merci monsieur Altan, que votre voix porte et parle pour les milliers d’autres silencieuses. Qu’à notre tour nous la portions en gardant l’espoir que le ciel ne soit bientôt plus obstrué.

Il est sorti aujourd’hui (jeudi 4 septembre 2019) et j’adresse d’infinis remerciements aux éditions Actes Sud qui ont eu la gentillesse de me le faire parvenir en service de presse. Il sera très clairement un livre à offrir encore et encore, de ceux que l’on prête et que l’on est heureux de se racheter car ils ne nous reviennent jamais. Alors nous savons que les cœurs battent au rythme de l’espoir.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment


 

Et si vous partagiez le nom d’Ahmet Altan pour l’inviter mentalement dans l’espace des libertés ?

7 commentaires

    1. Je te le recommande de tout coeur et, comme tu l’as bien compris, il faut être entièrement disponible pour la lecture. J’espère qu’il te plaira le moment de calme venu. 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s