👁 « China Dream » de Ma Jian (Flammarion, 2019)

Dès janvier, je savais que j’allais faire une thématique sur la Chine. C’est précisément ce livre qui m’a donné envie de me lancer. Une couverture tellement belle qu’elle m’a faite tomber à la renverse*, une quatrième de couverture qui annonce un niveau de subversion irrésistible. Bref, j’ai eu envie d’en savoir plus sur ce roman comme sur la Chine contemporaine.

*Cette couverture a été réalisée par Ai Weiwei, artiste dissident chinois dont je vous parlerai plus particulièrement dans les jours à venir. ♥


Quatrième de couverture : « Le rôle de l’écrivain consiste à sonder les ténèbres et par-dessus tout à dire la vérité. J’ai écrit ce roman motivé par ma colère contre les fausses utopies qui asservissent et infantilisent la Chine depuis 1949.

Mélangeant fiction et réalité, le nouveau roman de Ma Jian dresse le portrait de la Chine d’aujourd’hui livrée au rêve chinois du président Xi Jinping et à l’amnésie imposée par l’État. Sous les allures d’une fable cruelle, l’auteur dévoile l’une des facettes les plus implacables de la tyrannie qui consiste à tenter d’effacer la mémoire, à éradiquer tout événement passé qui pourrait gêner la marche du pouvoir.

Un chef-d’œuvre de subversion et de drôlerie. »


Et s’il a été le premier roman lu pour cette thématique, il est l’un des derniers chroniqués ce mois-ci. Pourquoi ? Car en le lisant j’ai bien senti qu’il me manquait des données et des codes de compréhension. Je pense en avoir acquis aujourd’hui, même si je dois encore poursuivre mes pistes de découvertes.

Ma Jian est un auteur chinois qui vit aujourd’hui en exil à Londres. Son nom est interdit en Chine autant que sa présence n’y est plus admise. Il poursuit son travail d’auteur pour dire et dénoncer la folie du pouvoir qui se veut être un substitut de conscience pour chaque individu. C’est sur ce principe que China Dream est écrit : implanter le rêve chinois grâce au développement d’une puce électronique.

Tout au long de ce récit nous suivons Ma Daode, directeur du nouveau Bureau du Rêve Chinois. Une lourde tâche lui incombe : faire oublier le passé pour construire l’avenir du peuple chinois, en accord avec les ambitions du Parti. Ce dernier pense pour le peuple. Mais, au fur et à mesure que Ma Daode va avancer dans son travail et défendre son invention bionique, le passé va se rappeler à lui au point de lui faire friser la folie.

Qui rêve d’oublier est forcé de se souvenir et ce sont les souvenirs de la Révolution culturelle qui s’invitent dans l’esprit de Ma. Le lecteur découvre les horreurs de cette période en parallèle du présent de Ma Daode. La réalité frappe en plein cœur alors que l’homme semble ne plus vouloir en avoir. N’en veut-il plus car le passé est trop lourd de peines et de remords ? N’en veut-il plus car son poste au Parti le lui demande et qu’il est avide d’enrichissement ? Homme volontairement sans cœur et sans mémoire est-il encore pleinement un homme ? Par ce personnage, l’auteur dénonce l’hypocrisie et la corruption (comme d’autres dissidents chinois).

Ma Jian montre avec talent que le passé n’a pas sa place en Chine dès lors qu’il souligne les faiblesses du Parti. La commémoration n’est pas admise alors même que chaque société se construit sur ses morts, sur sa mémoire, sur sa justice. Il nous propose également un chapitre très explicite (auquel je ne m’attendais pas du tout) et extrêmement subversif qui confirme la force de la littérature pour faire face aux tyrans de la pensée. En effet, la pornographie est punie en Chine et peut être un motif d’emprisonnement. Autant dire qu’ici cet usage est on ne peut plus approprié, surtout quand les prostituées portent l’uniforme des Gardes Rouges et que le portrait de Mao orne les murs. Manipulation, mensonge, emprisonnement mental, ignorance, folie et sexe. Voilà le mélange que Ma Jian propose et que j’ai découvert avec un très grand intérêt.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Votre fille chérie… • L’Emeraude littéraire • La petite bibliothèque • La bibliothèque de Delphine-Olympe


 

Et vous, connaissez-vous cet auteur ?

5 commentaires

  1. Cette chronique était très intéressante, je pense que je vais demander à la médiathèque de ma ville de le commander (s’ils ne l’ont pas). je ne connais pas du tout l’auteur en plus.

    J'aime

    1. Complètement d’accord avec toi ! Il est hyper courageux et l’écriture a une force qui ne peut que marquer le lecteur ! La réalité est un peu tordue pour faire de la fiction mais finalement elle n’est pas loin de la rattraper. Sacrée découverte ! 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s