❤ 👁 « Sunny – Tome 1 » de Taiyou Matsumoto (Kana, 2014)

Comment vous dire le pré-coup de cœur que j’ai ressenti pour ce manga dès que je l’ai croisé ? Les dessins sont singuliers et expriment une sensibilité qui me parle, il est question d’enfance, de protection et d’accueil. Comment ne pas vouloir en savoir plus et ne pas partager le quotidien de ces enfants coupés de leur famille et qui se réfugient dans leurs rêves ? Comment ?


Quatrième de couverture : « Un centre d’accueil pour enfants en difficulté sociale abrite des personnalités fort différentes, mais tous portent en eux une solitude qu’ils gardent au fond de leur coeur.

Leur lieu de prédilection : une vieille Nissan Sunny. L’endroit où tout devient possible, où l’imaginaire n’a plus de limites ! »


Cette série en six tomes est infiniment émouvante. Chaque enfant porte en lui l’épreuve qu’il n’aurait pas dû vivre : l’abandon. À partir de là, différents modes de fonctionnement s’expriment : de la peur de l’attachement à la résilience protectrice envers les autres. Chacun d’entre eux est arrivé dans cette maison pour des raisons particulières et c’est un instantané de la société japonaise que je m’attends à lire et à voir, un instantané que parfois nous pouvons faire glisser sur d’autres sociétés

Dans chaque volume nous suivons plus particulièrement un enfant, dans celui-ci il s’agit de Haruo. Un petit garçon rebelle, dont les cheveux sont devenus blancs du jour au lendemain et qui s’est construit une solide carapace pour dépasser la déchirure entre lui et sa mère, qu’il ne revoit que rarement. Un placement qui parle aussi de la difficulté à élever seule un enfant, avec un salaire unique et des horaires de travail contraignants.

Les enfants sont tous très différents mais la solitude qu’ils portent les rassemble. Par petits groupes, en fonction du besoin d’évasion et de discussion, ils se retrouvent dans la Sunny, la voiture stationnée dans le jardin. Leur évasion se fait dedans : ils s’imaginent, projettent, rêve d’un ailleurs et d’une autre histoire dans cette voiture. Ils s’y cachent des adultes aussi, même s’ils ont conscience de leur bienveillance. Ce monde de ferraille un peu cabossée, c’est le leur, ils le maîtrisent et le contrôlent, c’est essentiel.

Je vous invite chaleureusement à découvrir cette série tendre et sensible, que je commence mais que je ne compte pas arrêter avant de l’avoir intégralement dévorée.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, connaissez-vous d’autres œuvres de Taiyou Matsumoto à découvrir absoument ?

15 commentaires

      1. C’est noté, merci beaucoup pour ces conseils ! 😀 J’ai croisé il y a peu la réédition d’ « Amer béton » mais j’étais un peu au bord du gouffre niveau finance, donc j’espère pouvoir les acquérir prochainement. 🙂

        Aimé par 1 personne

  1. Ce manga a l’air super ! Et si t’aime ce genre d’histoire, il faut que tu vois le nouveau manga qui sort jeudi ! Echoes, écrit par Kei Sanbe et publié par Ki oon. J’en parle dans un article que je publie lundi, mais ce genre d’histoire me fait un peu penser au résumé de celui-ci alors il faut que tu découvres ça !

    Aimé par 1 personne

      1. Je suis contente de pouvoir le faire connaître ! En tout cas, ça m’a l’air d’une vraie merveille alors je m’y jetterais dessus aussi ! Et si tu cherches des nouveautés, j’ai publié un article concernant toutes les sorties mangas de la semaine… Si ça peut t’intéresser !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s