❤ « Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage » de Maya Angelou (Les Allusifs, 2008 / Le livre de poche, 2009)

J’avais vu passer ce livre il y a des années, la couverture m’avait interpelée, le titre aussi, mais je n’avais pas répondu aux sirènes de la tentation. J’aurais dû. Car ce livre est une pépite. Premier volet de l’autobiographie de Maya Angelou, il peut se lire comme un one shot qui exprime une jeunesse blessée, que ce soit par les adultes mal intentionnés ou égoïstes, que ce soit aussi par la ségrégation. Un morceau d’histoire personnelle qui rejoint l’histoire des États-Unis.


Quatrième de couverture : « Dans ce récit, considéré aujourd’hui comme un classique de la littérature américaine, Maya Angelou relate son parcours hors du commun, ses débuts d’écrivain et de militante dans l’Amérique des années 1960 marquée par le racisme anti-Noir, ses combats, ses amours. Son témoignage, dénué de la moindre complaisance, révèle une personnalité exemplaire. à la lire, on mesure – mieux encore – le chemin parcouru par la société américaine en moins d’un demi-siècle… »


En lisant ce livre, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Maya Angelou chausse ses yeux d’enfants et nous fait remonter le temps. Elle nous dit les choses avec les mots tantôt de la petite fille qui sommeille encore en elle, blessée mais résiliente, tantôt de la femme qu’elle est devenue, engagée et amoureuse de liberté.

Maya (Marguerite de son prénom de naissance) est née en 1928 à Saint-Louis. Après une enfance dans le sud et des épreuves innommables à surmonter, elle sera l’un des visages de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis. Un visage, j’ai l’impression, peu connu en France.

Autour de la petite Maya gravite une famille qui a du mal à se rassembler. Ce sera l’occasion pour elle et pour son frère, dont elle est très complice, de voyager dans le nord des États-Unis, de découvrir autre chose que le sud et ses lois raciales plus qu’assumées. Elles sont même appréciées, savourées. Le nord lui donnera le sentiment de pouvoir être quelqu’un mais avec des parents dysfonctionnels, la grand-mère restée au sud est un phare. Un phare qui ne répond pas aux brimades et aux provocations. Qui chante pour rester calme.

Maya Angelou nous parle de son quotidien, étouffé par la chaleur et la peur, structuré par l’éducation stricte d’une grand-mère qui veut garder ses petits en vie, stimulé par une envie de liberté, divisé par une famille dispersée entre plusieurs États. Elle nous rappelle l’importance de faire face aux injustices et de protéger les enfants de la folie et de l’inconstance de certains adultes. Elle exprime magnifiquement aussi la capacité qu’ont les enfants à avancer et à se reconstruire sans effacer ni excuser ce qui l’a forcée, elle, à panser ses blessures.

Une œuvre que l’on comprend aisément comme devenue classique aux États-Unis, à replacer dans un contexte historique et linguistique parfois, qui éclaire l’histoire du pays et qui a été pour moi un grand coup de cœur.

Préférant les grands formats aux poches, j’ai réussi à me procurer ce livre en occasion dans son édition aux Allusifs mais qui n’est plus édité. Pour le trouver facilement, je pense qu’il vous faudra choisir celui paru au Livre de poche.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Journal d’une Book Addict


 

Et vous, avez-vous ce livre ou un autre de Maya Angelou ?

14 commentaires

    1. Oh oui, tu peux y aller ! Mais certains passages sont malgré tout difficiles, je préfère prévenir… Personnellement j’ai eu énormément d’émotions différentes à sa lecture et je retrouvais chaque soir l’auteure avec un immense plaisir. 🙂 Je te souhaite donc une aussi belle lecture, sinon plus belle encore !

      J'aime

    1. Tu peux foncer ! ^^ Il est aussi magnifique de vie que difficile d’épreuves. Mais l’écriture et la capacité de résilience de Maya Angelou nous porte du début à la fin. 🙂 Je trouve ça génial que tu en aies étudié un extrait au lycée ! *.*

      Aimé par 1 personne

  1. A lire et à relire je n’en doute pas une seconde.
    Je ne l’ai pas encore lu, mais je le note dans ma wish list.
    Maya Angelou est une femme d’exception, qui inspire encore fortement aujourd’hui.
    Merci pour ton partage!
    Bisous!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup à toi ! 🙂 Je ne connaissais Maya Angelou que de nom et ce livre m’a vraiment bouleversée. Je le trouve rare dans le sens où elle donne vraiment au lecteur le sentiment d’être un ami, de passer réellement sa soirée en sa compagnie. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais je n’avais qu’une hâte en rentrant du boulot : lire ce qu’elle avait à dire ! ♥ Sa force est un immense exemple. J’espère qu’il te plaira en tout cas ! 😀

      Aimé par 1 personne

    1. Oh ! Je n’ai pas pris le temps de me rensegner sur son travail de poétesse mais c’est vrai qu’en cherchant d’autres romans je suis principalement tombée sur les différents volumes de son autobiographie et je n’ai absolument pas souvenir de poésie… Je cours voir ta chronique tout de suite ! 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s