« L’internat de l’île aux Cigales » de Julie Bonnie (Albin Michel jeunesse, 2019)

Ce livre n’était pas du tout prévu dans mes lectures mais dès que je l’ai croisé j’ai su qu’il fallait que je le lise pour ensuite le faire partager : une histoire qui ramène à la Seconde Guerre mondiale et à l’histoire d’une jeune fille durant cette période, de la littérature jeunesse que je me suis engagée à lire davantage.


Quatrième de couverture : « Sur l’île aux cigales, se trouve un internat réservé aux ados dotés d’un talent exceptionnel : musique, sport, peinture, sciences… tous les dons sont valorisés dans cette vieille maison au bord de l’eau. Cette année, les cinq élèves de la classe de sixième, Marguerite, Cerise, Caleb, Agostino et Nordine se découvrent une passion commune pour la musique et décident de monter un groupe de rock. Mais lorsqu’ils dénichent dans une salle de répétition le dossier scolaire d’Alma, une jeune fille emportée lors d’une rafle de la Seconde Guerre mondiale, ils comprennent que leur internat a autrefois abrité des enfants juifs traqués par le régime de Vichy. Découvrir l’histoire d’Alma et de son frère devient alors une véritable obsession pour ceux qui se surnomment les Tigres. Entre musique et enquête, cette année sur l’île aux cigales s’annonce haletante… »


Je ne vais pas mentir, je l’ai lu en une fois, j’ai pris ma soirée dessus. Pour autant, je n’ai pas été complètement convaincue. J’ai aimé l’idée d’un internat et d’une histoire qui se déroule un peu en huis clos, mais je n’ai pas vraiment adhéré à la personnalité de tous les personnages ni à l’évolution de leurs relations les uns aux autres. Parfois, surmonter une difficulté était un peu facile, d’autres fois les sales coups étaient vraiment très gros.

L’histoire en elle-même révèle des subtilités que j’ai appréciées. L’histoire d’Alma et les démarches des élèves pour en savoir plus sur elle, l’impact de son histoire, j’ai beaucoup aimé. C’était presque rassurant de suivre un groupe de jeunes qui prennent cette histoire à cœur et qui souhaitent recoller les morceaux d’un puzzle pour transmettre. J’ai également beaucoup apprécié le personnage d’Eli dont on apprend l’histoire et les rêves fissurés au fur et à mesure que d’autres évènements avancent. Il a été pour moi le personnage le plus attachant qui pourra donner une très belle leçon de vie : les épreuves ne t’empêchent pas forcément de réaliser tes rêves et tu dois poursuivre avec ce qui fait de toi quelqu’un d’unique.

Les passages sur la musique et le groupe de rock m’ont un peu laissée de marbre. L’idée que chacun ait sa place tout en laissant aux autres la leur pour que l’ensemble puisse naître m’a plue mais je n’ai pas été plus intéressée que cela. C’était très jeunesse, en fait (donc jusque là, le livre reste cohérent avec sa cible, rien à dire). Pour moi, si on parle de groupe, on parle d’alcool, de tatouages, de cheveux longs, de sueur et de cul. Avouons que là, ça n’aurait pas été du meilleur goût…

Par contre, l’équipe de direction de l’internat est sacrément sadique et je remets complètement en question ses principes pédagogiques. L’idée d’effrayer pour stimuler la création, personnellement, ça m’a sciée. Je crois que j’aurais aimé plus d’adultes positifs au cours du récit (mais ça, je pense que c’est parce que je vieillis).

Un roman qui peut être recommandé à un/e jeune qui rentre en sixième, qui est amené/e à dépasser ses peurs pour se faire des amis et qui va commencer à rêver de son avenir et de projets collectifs. Même si je n’ai pas été emportée dans l’histoire comme je l’aurais voulu, je pense sincèrement que ce livre peut plaire, surtout si le lecteur rêve de fonder un groupe. Il permettra aussi d’apporter de premières pistes de réponses quant à la déportation depuis la France durant la Seconde Guerre mondiale, notamment des enfants. Avouez que lier les deux sujets, c’était un sacré pari ! Un pari qui, je dois bien l’avouer, fonctionne et qui, à la fin, émeut.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, avez-vous lu un autre roman de Julie Bonnie ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s