❤ 👁 « Alpha : Abidjan – Gare du Nord » de Bessora et Barroux (Gallimard, 2014)

Impossible pour moi de faire un focus sur l’oeuvre de Barroux sans parler de ce roman graphique que j’ai adoré. Il faut des livres comme celui-ci pour porter des voix que l’on n’entend pas. Il faut des livres comme celui-ci, qui ont un discours qui déconstruit les préjugés et les stéréotypes.


Quatrième de couverture : « Alpha vit seul à Abidjan depuis que sa femme et son fils sont partis sans visa pour Paris, Gare du Nord. La rage au cœur, il décide de tout quitter pour les retrouver. C’est toujours mieux que de pourrir sur place. Plusieurs trajets sont possibles, des années de voyage en perspective… Sur les interminables routes de poussière, l’aventure se construit au gré de ses rencontres, inoubliables. De passeurs malhonnêtes en routes désertiques, de camps de réfugiés en canots surchargés, envers et contre tout, Alpha garde le cap : Gare du Nord. »


Tout au long de la lecture – qui est en réalité une triste aventure – nous allons suivre Alpha. Il va quitter Abidjan pour rejoindre la Gare du Nord. Ce voyage, c’est le seul qui va lui permettre de retrouver sa famille qui a fait le même voyage de nombreux mois avant, sans jamais donner de nouvelles.

Les rencontres qu’Alpha va faire vont l’aider à tenir sur la route autant qu’elles vont l’atteindre. Au lecteur, elles sont de multiples facettes de la souffrance de chacun, des risques et des raisons de faire ce chemin mortel : physiquement et psychologiquement. Alpha nous raconte donc les étapes et le quotidiens de ces aventuriers de l’exil. Des aventuriers qui sont parfois des enfants, des aventuriers qui doivent faire toutes sortes d’activités pour gagner de l’argent et payer des passeurs. Des aventuriers dont le rêve est de survivre.

Les illustrations sont bouleversantes dans leur urgence, dans leur franchise, dans leur ambiance qui est parfaitement en accord avec le texte. Entre les moments de tension, les avancées et les arrêts, ils ne font qu’un.

Un ouvrage nécessaire qui déconstruit des idées reçues et qui, malheureusement, rappelle aussi que l’homme peut parfois être son pire ennemi.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Les chroniques de Jean Dessorty


 

Et vous, quel livre sur l’exil conseilleriez-vous ?

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s