👁 « Le grand incendie » de Gilles Baum et Barroux (Les Éléphants, 2016)

Poursuivons notre voyage dans le travail de Barroux avec cet album qui me faisait envie depuis un petit moment. Nous retrouvons avec plaisir Gilles Baum avec ce récit publié avec le soutien d’Amnesty International. Enfin, cette chronique me permet de parler d’une bien belle maison d’édition : les Éditions des Éléphants.


Quatrième de couverture : « Une fable orientale où la force des mots renverse la tyrannie.

Du haut de son palais, le Sultan jubile. Les livres de son royaume brûlent à ses pieds. Bientôt, toutes les traces du passé auront disparu. Ne restera que sa propre histoire.
Un jour, un enfant recueille une page qui a échappé au brasier. Malgré sa peur, il se met à recopier sur les murailles du palais les mots qui y sont écrits. Petit à petit, la foule l’imite et ensemble, ils réécrivent des pans entiers de leur culture, de leur histoire, avant que ceux-ci ne disparaissent des mémoires. Leur poids fera tomber le palais, le Sultan, et la tyrannie.

Un conte poétique qui souligne l’importance de s’unir pour résister et défendre des droits aussi essentiels que la liberté d’expression. »


Les livres sont jetés au feu. Les mots viennent à manquer et les histoires s’effacent. Le Sultan a demandé à ce que ce voile noir de suie couvre la mémoire et la force des mots. Car ils sont porteur d’espoir, d’opposition, de rébellion au totalitarisme. Les mots forgent la pensée. Mais la pensée pour son peuple, il n’en veut pas, il veut s’assurer un pouvoir plein et entier.

Quand un garçon s’approche de la grande ville et trouve dans les cendres une feuille avec des inscriptions encore lisibles – Ô merveille, un jardin parmi les flammes ! – il ignore qu’il va déclencher une grande réaction collective qui fera tomber les murs du palais.

Aujourd’hui encore des murs se construisent et, quand ils ne sont pas physiques, ils sont amenés à se construire dans les esprits. Chaque jour qui passe les mots ont leur importance. Un album à offrir, à partager et à commenter avec les enfants, car leurs mots ont de la force et leur regard sur le monde qui les entoure est précieux. Les enfants, je trouve, ont une sensibilité particulière vis-à-vis des injustices.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Pas de chronique trouvée pour le moment.


 

Et vous, aimez-vous cette maison d’édition ?

Commentaires

3 comments on “👁 « Le grand incendie » de Gilles Baum et Barroux (Les Éléphants, 2016)”
  1. Un album que j’ai très envie de découvrir !

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      Il est très court mais ne va pour autant pas trop vite. Je pense le tester sous peu après de mes neveux pour voir s’il leur plait autant qu’à moi. 😀
      Une belle découverte pour ma part ! 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s