« La nouvelle » de Cassandra O’Donnell (Flammarion jeunesse, 2019)

Ce livre m’a intéressée car son postulat de départ est dans la même veine que pour Le nouveau de Tracy Chevalier, en lagement moins poussé dans la tragédie cependant. Mais on est sur cette thématique de l’accueil et de la façon dont peuvent être vus ceux que l’on appelle les étrangers, comme si cela pouvait représenter une identité ou définir une personne.


Quatrième de couverture : « Je vous présente une nouvelle élève, annonça le prof, elle s’appelle Haya. Elle vient de Syrie…

C’est drôle, songea Gabriel, il y a des gens qui attirent l’attention sans qu’on sache pourquoi… Cette fille, il ne la connaissait pas, mais elle l’intriguait à cause de ses yeux graves et la manière dont elle relevait fièrement le menton comme un défi… »


Haya est arrivée en France avec sa famille. Ils ont fui la guerre, les bombardements, la peur, les sirènes, les bombes, les ruines et la mort. Lorsque la jeune fille arrive au collège, elle rencontre Gabriel. Gentil et amical, ils vont apprendre à se connaître et se lier.

Ce livre est une bouffée d’oxygène dans une ambiance actuelle qui frôle le vomitif. Je n’avais pas prévu d’écrire cette chronique si tôt mais j’ai tellement été choquée par des propos entendus récemments que je l’ai remontée dans la file.

La peur. Toujours elle. La corde de la peur asticotée, Haya va en faire les frais. Pourquoi ? Parce qu’elle a daigné vouloir survivre. Vraiment, quel toupet. Et survivre ça veut dire quitter son pays, celui de son coeur, de sa famille et de ses souvenirs. Survivre ça veut dire tout recommencer à zéro, reconstruire des repères et apprendre une langue totalement étrangère. Survivre c’est faire face à l’ignorance et à la bêtise de certaines personnes qui voient en l’autre l’ennemi. Mais, ce qu’ils ignorent, c’est qu’ils n’ont pas le pouvoir intimidant des chars et des bombes.

Sous nos yeux se construit entre Haya et Gabriel une histoire d’amitié forte. Une amitié qui sait tenir tête. L’arrivée d’Haya dans la vie de Gabriel amènera aussi celui-ci à mieux connaître sa propre histoire.

Une histoire de courage, de rencontre, d’amitié et, tout simplement, d’humanité. À partir de 10 ans.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : La curiosithèque


 

Et vous, quel livre sur ce sujet recommandez-vous ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s