« Le requiem de Terezin » de Josef Bor (Le Sonneur, 2019)

Cette réédition était l’une des parutions de janvier que j’attendais le plus. Elle vient à la fois marquer le quarantième anniversaire du décès de son auteur mais aussi souligner sa place dans le catalogue des Éditions du Sonneur, comme livre fondateur de la maison (édité pour la première fois en 2007).


Quatrième de couverture : « Schächter se souvint de l’instant précis qui l’avait amené à commencer l’étude de cette œuvre. Prouver l’imposture, l’aberration des notions de sang pur ou impur, de race supérieure ou inférieure, démontrer cela précisément dans un camp juif par le moyen de la musique.

Au cœur de la ville tchèque de Terezin, transformée par les nazis en ghetto et en camp de concentration, le chef d’orchestre et pianiste Raphaël Schächter ose un pari fou : faire jouer le Requiem de Verdi par les détenus. Pour lui comme pour ses compagnons, il s’agit de prouver aux Allemands que des Juifs sont capables de donner de cette messe catholique une interprétation sans pareille. Mais où trouver les instruments quand on manque de tout ? Et comment composer un chœur de plus de cent chanteurs en dépit des convois et des exécutions ?

Le Requiem de Terezin est le récit de ce combat remarquable et vrai, de ces longs mois d’efforts et de répétitions, véritable acte de résistance à la barbarie. »


Ce que je retiens dans un premier temps de ce récit c’est le rythme qui fait appel à la musicalité. Nous sommes confrontés à des événements qui montrent la détermination, l’effusion d’émotions positives, puis le drame, la difficulté, laissant place à la stupeur avant de repartir avec détermination. Tout se compose autour de la représentation du requiem de Verdi, donc tout se compose de musique. Nous avons le sentiment de nous représenter deux requiems à la fois : celui de Verdi (pour lequel des libertés ont été prises, prévient l’éditeur, personnellement je n’ai rien remarqué tellement je suis une bille) et celui de Terezin.

Car ce qui frappe c’est la force mise par chacun dans ce requiem, qui devient une motivation pour tenir, pour montrer aux bourreaux qu’ils peuvent faire du beau et du beau qui, sur le papier idéologique nazi, n’est pas de leur catégorie de sous-hommes. Mener à bien ce projet et réussir une représentation ce serait un pied-de-nez qui leur redonnerait l’honneur et la dignité perdus dans ce camp modèle voulu par l’occupant.

C’est dans ce contexte que Raphaël Schächter va tout faire pour que le requiem soit joué, certes, mais parfaitement bien. Nous le suivons en nous demandant parfois s’il ne va pas y laisser sa santé (mais quoi qu’il en soit Terezin finirait par la lui prendre) et nous commençons peu à peu à y croire avec lui. Si les trains n’étaient pas si nombreux, si les convois n’étaient pas si fréquents.

Ce livre nous propose un combat de tous les instants, une lutte acharnée pour obtenir un peu de liberté par l’art et ses bienfaits, pour s’accrocher chaque jour un peu plus, pour une dignité arrachée et piétinée. Terezin a été l’un des camps dans lequel la création musicale fut notable, mais elle fut aussi bien vecteur de résistance personnelle que destructrice à son tour. Quand le loup a faim, il trouve toujours une raison de croquer.

Une lecture très intéressante par sa mise en perspective historique, par la passion exprimée au fil des pages et par l’humanité qui se dégage de l’ensemble dirigé par Raphaël Schächter, accompagné de Josef Bor dans les coulisses.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Et si on bouquinait un peu ?


 

Et vous, quel récit historique vous a marqué en ce début d’année ?

Commentaires

4 comments on “« Le requiem de Terezin » de Josef Bor (Le Sonneur, 2019)”
  1. alexmotamots dit :

    Ce sera ma prochaine lecture.

    Aimé par 1 personne

  2. Usva K. dit :

    J’ai hâte de connaître ton avis ! 😀

    J'aime

  3. Les Lectures de maud dit :

    Intéressant…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s