« Il a jamais tué personne, mon papa » de Jean-Louis Fournier (Stock, réed. 2008)

C’est devenu automatique : je croise un livre de Jean-Louis Fournier, je le prends. Et, par chance, les rayons de mon Emmaüs local en contiennent toujours de nouveaux. *Joie* J’ai lu il y a quelques mois Ma mère du Nord et j’ai alors senti qu’il me manquait une brique pour pouvoir le chroniquer. Cette brique c’est justement ce livre, celui sur le père de Jean-Louis Fournier.


Quatrième de couverture : « Mon papa était docteur. Il soignait les gens, des gens pas riches, qui souvent ne le payaient pas, mais ils lui offraient un verre en échange, parce que mon papa, il aimait bien boire un coup, plusieurs coups même, et le soir, quand il rentrait, il était bien fatigué. Quelquefois, il disait qu’il allait tuer maman, et puis moi aussi, parce que j’étais l’aîné et pas son préféré. Il était pas méchant, seulement un peu fou quand il avait beaucoup bu. Il n’a jamais tué personne, mon papa, il se vantait.

Jean-Louis Fournier raconte ses souvenirs d’enfance dans une ville de province, au milieu d’une famille pas tout à fait comme les autres, avec un papa docteur qui s’habille comme un clochard, fait ses visites en pantoufles, perd sa voiture dans un champ de betteraves. Un papa qui faisait rire ou qui faisait pleurer ? »


Jean-Louis Fournier est à mes yeux un gymnaste des émotions et un poète de l’introspection. Même les livres qui m’ont le moins touchée m’ont quand même fait de l’effet. Et ce livre m’a particulièrement émue car il est rédigé avec la voix intérieure de l’enfance, le regard naïf (ou serait-ce de la protection) sur le monde et les choses, la langue candide qui broie le cœur face aux événements.

Ce livre, c’est un moyen de faire la paix, de mettre des mots sur des souvenirs difficiles, des souvenirs d’enfance sur lesquels chaque individu se construit. Ces ratés, ces moments de gêne ou de peur, mais aussi ces moments de joie qui sont comme un soleil entre deux saisons de brouillard. Car il savait être drôle ce papa, mais il ne l’était pas souvent. Il était surtout fatigué, à différents degrés.

Jean-Louis Fournier réussit à nous faire rire avec ses mots d’enfant et à nous émouvoir, nous entendons sa petite voix et à travers les descriptions nous prenons conscience de l’ampleur des différentes situations. C’est parfois drôle, touchant, émouvant, grotesque, clownesque mais triste, très triste aussi.

Le petit et le grand Jean-Louis font la paix avec ce père loin d’être parfait. Un père reste un père et nous revivons avec l’auteur des épisodes marquants de son enfance, des jeux de piste dans lesquels il essaie de comprendre qui il est, ce papa. Lui qui a vécu la guerre, s’est engagé dans la résistance, portait une dépression et une colère difficiles à gérer, soignait les malades et constatait les décès des condamnés à mort. Lui seul avait les réponses à ces questions et il ne les a pas dévoilées avant de mourir. Ne reste que souvenirs, suppositions et acceptation de ce qui fut.

« Maintenant j’ai grandi, je sais que c’est difficile de vivre, et qu’il ne faut pas trop en vouloir à certains, plus fragiles, d’utiliser des mauvais moyens pour rendre supportable leur insupportable. » (p. 147)

Pour en savoir plus

 

Et vous, quel livre de Jean-Louis Fournier préférez-vous ?

7 commentaires

    1. Je l’ai découvert l’année dernière et si je ne suis pas toujours entièrement en phase avec son humour tout terrain, il m’émeut beaucoup. 🙂 Son cultissime « Où on va papa ? » retourne le cœur.

      Aimé par 1 personne

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J’aime

    1. De tous les livres lus de Jean-Louis Fournier il n’y en a pas un qui n’a pas été émouvant pour moi. C’est très facile à lire, peut-être très populaire pour certains mais personnellement je suis très bon public. 🙂 J’espère que cet auteur te plaira ! 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s