👁 « Jacob le cafard » de Will Eisner (Delcourt, 2006)

Nous poursuivons la découverte de la trilogie du Bronx de Will Eisner avec son deuxième volet : Jacob le cafard. Nous en sommes plus face à plusieurs histoires proposées en nouvelles graphiques mais sur le portrait d’un homme, Jacob Shtarakah, qui a besoin de redonner sens à sa vie.


Quatrième de couverture : « Jacob Shtarakah est un homme simple, luttant chaque jour pour mettre sa famille à l’abri du besoin. Rattrapé par la Grande Dépression, puis la Seconde Guerre mondiale, il fait la difficile expérience d’une vie d’émigré aux États-Unis. Entre crainte et espoir, Jacob assiste à l’émergence de l’antisémitisme et doit dès lors faire face à des événements qui le dépassent. »


Le livre s’ouvre sur Jacob qui, après avoir travaillé cinq années dans la réalisation d’un ouvrage, est remercié. Il se sent humilié et se retrouve à nouveau sans travail. Vivre un jour de plus, trouver un moyen de tenir jusqu’à demain, ce n’est pas une vie. Alors Jacob va chercher à se différencier de cet insecte qui va le marquer dans un hasard de vie : le cafard.

Ce récit va explorer différents thèmes chers à Will Eisner : le quotidien et son pouvoir humoristique, la recherche d’emploi dans un contexte difficile, la mafia et son intégration féroce dans la vie du quartie et de la ville, les arrangements douteux et la malhonnêteté des protagonistes de la bourse, la naissance ou la renaissance d’un amour, etc.

C’est un livre qui, en peu de pages, expose une histoire complexe, miroir d’une époque troublée autant sur le territoire américain que dans le reste du monde. J’ai beaucoup aimé cette fenêtre ouverte vers le vieux continent qui permet aussi de parler de la difficulté d’émigrer depuis l’Europe en guerre. Un deuxième volet intéressant dans lequel le quotidien d’un homme traduit le quotidien d’un quartier et d’un monde, presque d’un quartier-monde.

Pour en savoir plus

 

Et vous, savez-vous ce qui distingue l’homme du cafard ?

3 commentaires

  1. Je comprends, le titre n’est pas hyper engageant et ce n’est pas non plus mon préféré pour le moment, même si j’ai apprécié ma lecture. 🙂 C’est un récit qui porte beaucoup de frustrations et d’insatisfactions, donc l’ambiance est particulière.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s