« Capitaine Rosalie » de Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault (Gallimard jeunesse, 2018)

C’est au détour des nouveautés de l’unique librairie de ma ville (ceci est un appel à la vigilance) que je suis tombée nez à nez avec ce livre jeunesse dont je n’avais pas entendu parler. Une couverture magnifique et un récit mêlant enfance et Grande guerre, il ne m’en a pas fallu plus pour craquer.


Quatrième de couverture : « Hiver 1917. Une petite fille courageuse traverse la guerre avec une idée fixe. Elle recherche la vérité et rien ne pourra l’arrêter…

Rosalie a cinq ans et demi. Son père est au front et sa mère travaille à l’usine. Alors, même si elle n’a pas encore l’âge, Rosalie passe ses journées à l’école, dans la classe des grands. On croit qu’elle rêve et dessine en attendant le soir. Mais Rosalie s’est fabriqué une mission, comme celles des véritables soldats. Elle est capitaine et elle a un plan. »

Feuilleter les premières pages


Alors que nous nous apprêtons à commémorer la fin du centenaire de la Première Guerre mondiale, ce petit livre magnifiquement illustré (j’en suis dingue) permettra aux adultes d’aborder cette thématique auprès des plus jeunes lecteurs.

La guerre est en arrière-plan, que ce soit de la fenêtre de chez elle ou depuis l’école, Rosalie ne la voit pas. Mais elle sait qu’elle se passe quelque part car son père y est, soldat. À son tour, elle décide aussi d’en devenir un à sa manière et de se lancer une mission. Régulièrement, le père de Rosalie envoie des lettres. Le soir venu, sa maman les lui lit. Ces lettres étranges promettent des choses difficiles à croire, bizarres.

La maman de Rosalie travaille, comme d’autres femmes, pendant que les hommes sont au front, et la petite fille peut rester à l’école durant la journée, en infiltrée dans le peloton. C’est là que sa mission va se dérouler. Chaque jour, cachée sous les manteaux, oubliée des élèves de la classe, Rosalie note tout. Derrière ses yeux candides et son cahier à dessins, elle note et elle apprend. Sa mission est primordiale.

L’arrivée d’une lettre différente des autres va changer sa maman. La mission de Rosalie n’aura que plus d’importance… Les lettres contiennent-elles vraiment ce qu’on lui a lu ? Rien n’est moins sûr…

Une histoire pour aborder la guerre et le deuil, adaptée aux jeunes lecteurs.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Les instants volés à la vie • Chez MirabiliaLa ménagerie du livre


 

Et vous, voulez-vous accompagner Rosalie dans sa mission ?

14 commentaires

  1. Mais je ne savais même pas que Timothée de Fombelle avait ressorti un livre ! Décidément, il va falloir que je sois plus attentive… Merci en tout cas, c’est noté !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s