« Le vieil homme et son chat : n’ont plus peur des chiens » de Nekomaki (Casterman, 2018)

Une fois n’est pas coutume, je souhaite vous parler aujourd’hui d’un manga. Mais pas de n’importe quel type ! Un manga mignon tout plein qui fait du bien (même si je suis une madeleine et que j’ai pleuré dessus…) !


Quatrième de couverture : « Chaque moment du quotidien est un trésor d’humour, de tendresse et de nostalgie.

Daikichi, instituteur à la retraite et veuf, vit avec Tama, un chat de 10 ans. Ou bien est-ce Tama qui veille sur son vieux maître pour honorer une promesse faite à son épouse disparue ?

Au fil des saisons et d’un quotidien fait de promenades paisibles, de repas partagés entre voisins de toujours et d’évocations des années passées, Daikichi et son chat s’entraident, se chamaillent, et s’adorent. »


Nekomaki est un nom de plume qui cache en réalité deux personnes. Quatre mains qui ont su me toucher (drôle de formulation, je vous l’accorde) par la douceur de ce scénario et la beauté de ces illustrations ! J’en ai tout simplement pris plein les yeux et plein le coeur !

Il faut savoir que j’adore les chats. Alors quand j’ai vu la sortie de ce livre, la beauté de sa couverture et sa quatrième de couverture… Il m’a été impossible de résister. Et ça aurait été dommage de ne pas craquer !

Nous suivons principalement Daikichi et son chat Tama. L’un affronte chaque nouvelle journée, chaque nouvelle saison, avec un deuil à porter. L’autre, malgré son caractère bien trempé, protège le premier. Car une promesse a été faite à Yoshié et Tama est du genre loyal. Ce premier volume permet de mieux comprendre les différentes relations qui se sont nouées au cours d’une vie, dans ce petit village plein de chats. Du passé, marqué par la guerre et les hommes qui ne reviennent pas, aux croyances qui font que l’on veut toujours trouver le moyen de garder espoir, impossible de ne pas être ému. Si vous vous demandez quel est le rapport avec les chiens (vu le titre), il faudra parcourir ces belles pages !

J’ai beaucoup aimé ces deux personnages principaux ainsi qu’Iwao, le meilleur ami d’enfance de Daikichi, qui a des colères aussi grandes que sa générosité. J’ai aimé le ton adopté, le mystère qui entoure la vie des chats, l’épreuve du deuil qui est abordée avec finesse et pudeur. Si je m’attendais surtout à rire, c’est finalement une grande tendresse que j’ai trouvé dans ce récit et ça m’a séduit.

Une belle réussite, qui se feuillette sans fin pour savourer encore un peu ses belles pages et qui attend sa suite à paraître en octobre ! Par contre, je préviens que cette lecture donne envie d’adopter tous les chats des alentours.

Pour en savoir plus

 

Et vous, envie de voyager dans le village des chats ?

6 commentaires

  1. Oh ça me donne très envie ! 🙂 Les dessins ont l’air adorables. L’histoire me rappelle les mangas de Taniguchi sur la simplicité du quotidien, les petits bonheurs de la vie de tous les jours…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s