👁 « Nos richesses » de Kaouther Adimi (Seuil, 2017)

J’avais beaucoup entendu parler de ce roman et ce mois sur l’Algérie a été l’occasion parfaite de le découvrir. Ce livre m’a beaucoup touchée : il rassemble autant les amoureux des livres que les amoureux de l’Algérie, de sa culture, de son ambiance, de ses parfums, de sa lumière, et de tant d’autres choses !


Quatrième de couverture : « En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d’accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l’égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d’un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c’est aussi la sacrifier aux aléas de l’infortune. Et à ceux de l’Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n’éprouve qu’indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi vit à Paris. Nos richesses est son troisième roman, après L’Envers des autres (Prix de la vocation, 2011) et Des pierres dans ma poche (Seuil, 2016). »


Ce livre est une grande déclaration d’amour aux auteurs et à la littérature, à l’importance de publier et de faire voyager les mots face à la violence du monde et des hommes. Tantôt aux côtés d’Edmond Charlot qui vivra de nombreux remous qui font aujourd’hui partie de l’histoire, tantôt aux côtés de Ryad et d’Abdallah, tantôt en Algérie, tantôt en France, nous découvrons un pays en proie à la violence, à la volonté d’indépendance autant intellectuelle que civique. Puis, nous découvrons une petite librairie qui a pourtant du sens pour ses usagers, mais qui doit disparaître et laisser place nette.

Avec une écriture fluide, belle, délicate, Kaouther Adimi joue avec talent différents types de narrations : journal personnel, récit historique engagé, narration plus classique du moment présent. Mais ce qui rassemble au cours de ce récit à plusieurs voix, ce sont les livres, qu’on les lise ou pas. Le livre comme medium de rencontre sociale, une liberté malgré la censure qui ne peut éteindre entièrement l’esprit.

Les personnalités des personnages sont fouillées et les rendent vivants lors de la lecture. Cela est notamment dû à la bonne documentation que l’auteure a rassemblé sur Edmond Charlot. Cette richesse des personnages m’a fait beaucoup m’attacher à eux, en particulier à Abdallah que j’ai trouvé aussi émouvant que poétique. Quand on donne aux gens, les actes subsistent dans les coeurs et se transmettent.

Une très belle découverte littéraire, qui m’a convaincue de ne pas manquer de découvrir d’autres livres de Kaouther Adimi !

Pour en savoir plus

logo-label


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : The Unamed Bookshelf • Des bulles et des mots • Le Castor littéraire • Les petites bulles de papier • Enpochez-moi • Seeds Of Feelings • Les Livres de K79 • Lirelanuitoupas • Lectures Féériques • Domi C Lire • Les Livres d’Eve • Voyage au bout de mes livres • Librairie en folie • Les élucubrations de Fleur • Le temps de lire • Les mots chocolat • Bonnes feuilles et mauvaise herbe • Le blog de Gwenaëlle Abolivier • Les plumes de Telma • Pamolico • Les chroniques de Koryfée • Je lis et je raconte • Justinsunrise • Brontë Divine • Mademoiselle Blueberry • La plume francophone • B comme Bouquiner • La Baronite • LittéLecture Blog • A book is always a good idea • Le petit poucet des mots


Et vous, l’avez-vous aimé ou vous fait-il envie ?

14 commentaires

    1. Avec plaisir, merci à toi ! 🙂 Je suis totalement d’accord avec toi, la diversité des avis est toujours très intéressant, et ça peut même permettre de repenser sa lecture avec d’autres prismes et d’aller plus loin. 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. En faisant cet article j’ai constaté que les avis sont un peu mitigés (j’avais aussi entendu beaucoup de bien). En les parcourant je comprends les remarques moins emballées (souvent sur les personnages pas assez habités) mais personnellement il m’a beaucoup plu. 🙂

      J'aime

    1. Avec plaisir, merci à toi ! 😀 J’ai énormément aimé ! C’est un livre qui m’a tout simplement donné envie d’aller en Algérie, marcher dans ses rues et parcourir son histoire.

      J'aime

  1. Je te laisse imaginer que vu qu’on parle de la première maison d’édition qui a publié Albert Camus, ça m’intéresse, uhu…

    Plus sérieusement, j’ai lu des avis mitigés sur ce livre mais ta chronique m’emballe à nouveau 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Hehe ! Quand je vois Camus passer je pense à toi maintenant ! XD Et je me suis racheté « L’étranger » !

      Oui, les avis sont mitigés et je les comprends sur certains points mais j’ai été très bon public pour ce livre. 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s