« Le Noir qui infiltra le Ku Klux Klan » de Ron Stallworth (Autrement, 2018)

Difficile de passer à côté des articles relatifs au dernier film de Spike Lee : BlacKkKlansman. Après avoir googlisé le cinéma de ma petite ville de campagne, j’ai pu constater qu’il n’était pas encore programmé. *Curiosité frustrée* C’est alors que mes libraires ont volé à mon secours !


Quatrième de couverture : « Tout a commencé un jour d’octobre 1978. Inspecteur à la brigade de renseignement de la police de Colorado Springs, j’avais notamment pour mission de parcourir les deux quotidiens de la ville à la recherche d’indices sur des activités subversives.

Les petites annonces ne manquaient jamais de m’ étonner. Parfois, entre stupéfiants et prostitution, on tombait sur un message qui sortait de l’ordinaire. Ce fut le cas ce jour-là.

Ku Klux Klan
Pour toute information :
BP 4771
Security, Colorado 80230

Moi qui voulais de l’inhabituel, j’étais servi. J’ai décidé de répondre à l’annonce. Deux semaines plus tard, le téléphone a sonné. « Bonjour, je suis chargé de monter la section locale du Ku Klux Klan. J’ai reçu votre courrier. » Merde, et maintenant je fais quoi ? »


Ce livre revient sur l’enquête menée par Ron Stallworth, en infiltration vocale dans le Ku Klux Klan afin de pouvoir en comprendre les ficelles et en déjouer les actions. Uniquement vocale car Ron est noir. Pour l’infiltration physique il lui faudra l’aide de l’un de ses collègues. Originale et couillue, cette mission permettra l’identification de plusieurs membres de cette organisation suprémaciste dont le cœur bat pour la haine et la violence, malgré des apparences qui se veulent dédiabolisées.

Les objectifs sont simples : comprendre une logique organisationnelle, suivre l’évolution de l’organisation, le nombre de ses membres, les actions projetées pour intimider la population, noire bien entendu, mais également de confession juive. Ron sera alors tout de suite pris en affection par de plus en plus de gradés du Ku Klux Klan. Énorme pied de nez qui fait rire et fait du bien, avant de nous confronter à nouveau à la réalité : un racisme décomplexé et convaincu. Il collectera beaucoup d’informations et pourra faire intervenir les forces de l’ordre dans le but de faire capoter des projets abjects, pour que les nouvelles générations ne soient pas marquées par l’image des croix en feu. Pour combattre son ennemi il faut bien le connaître.

Un récit qui se lit très facilement, dont je regrette cependant le débouché, comme l’auteur lui-même. Parfois, on a beau tout faire dans les règles, les règles ne sont pas prêtes à nous soutenir jusqu’au bout.

Pour en savoir plus

Et pour le plaisir, parce que c’est mon morceau du moment :

 

Et vous, avez-vous envie de découvrir ce livre ou le film de Spike Lee ?

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s