« Caché dans la maison des fous » de Didier Daeninckx (Bruno Doucey, 2015)

J’ai dévoré Galadio il y a quelques mois et l’écriture de Didier Daeninckx était un appel à en lire plus : directe mais délicate, juste et engageante. Savoir en plus que cet auteur a participé à la collection Sur le fil des éditions Bruno Doucey a abouti à un achat qui n’a demandé aucune réflexion supplémentaire.


Quatrième de couverture : « 1943, asile de fous de Saint-Alban en Lozère.

Deux psychiatres organisent la résistance à l’embrigadement des fous et à leur négation. L’un, Tosquelles, a fui l’Espagne franquiste ; l’autre, Bonnafé, communiste, est un ami des surréalistes. Ils cachent les résistants blessés de la région. Ils y accueillent une jeune fille juive résistante, Denise Glaser, en même temps que le poète Paul Éluard et sa compagne Nusch. Éluard y passe huit mois, avec cette double menace de l’enfermement des êtres et de l’enfermement du monde dans la barbarie, cette double résistance à la normalité et à la folie. Dans cet hôpital, où l’on favorise le surgissement de ce que l’on nommera plus tard l’art brut, le poète-résistant découvre, sous le regard fasciné de Denise, comment la parole des « fous » garantit la parole des poètes. Une plongée vertigineuse à laquelle nous convie Didier Daeninckx. »


C’est un beau moment que propose Didier Daeninckx dans cet hôpital psychiatrique dont le directeur préfère l’appellation d’asile. Et pour cause, toutes sortes de personnes sont accueillies pour les protéger de la folie humaine. Car la folie peut être plurielle. Elle peut être en nous depuis toujours, elle peut être aussi le résultat de la vie et des hommes qui la composent.

Dans cet asile, ce lieu d’accueil, la survie s’organise. Il faut en effet faire face à la faim et au froid, avancer jour après jour. C’est dans ce contexte que Denise va arriver, protégée par ces lieux car elle est juive mais aussi résistante. Autant dire qu’elle a un profil qui la met en danger dehors. Elle va être en charge de la bibliothèque. Chacun, s’il est accueilli, participe à la vie de l’asile en fonction de ses compétences. Un soir, un couple arrive sous de faux noms : Paul Eluard et sa compagne, Nusch. La poésie va alors rythmer les jours et prendre du sens dans le combat mais aussi au contact des personnes internées. La langues des personnes diagnostiquées pour de la folie est libre, elle a ses couleurs, elle a ses références et elle va nourrir l’écriture poétique de Paul Eluard. Ce dernier ouvrira des espaces poétiques à Denise.

Inspiré de faits réels, ce livre est très touchant et que dire de la poésie d’Eluard si ce n’est qu’elle est puissante et qu’elle démontre une nouvelle fois la force des mots dans le combat, que l’une des libertés fondamentales est bien celle de pouvoir dire et écrire librement. L’écriture peut délivrer ou, au moins, faire perdurer l’espoir.

Pour en savoir plus

 

Et vous, avez-vous un livre de Didier Daeninckx à conseiller ?

Commentaires

12 comments on “« Caché dans la maison des fous » de Didier Daeninckx (Bruno Doucey, 2015)”
  1. J’ai rencontré Didier Daeninckx lors d’une rencontre organisée par une super prof de français au collège (il y a fort longtemps !). Il était venu parler de son livre Meurtres pour mémoire. Je me souviens d’un homme adorable qui répondait à toutes nos questions et d’un livre très marquant.

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      L’entendant parfois à la radio, il renvoie en effet une grande amabilité. Quelle chance tu as eu ! *.* Je suis justement à la recherche de « Meurtres pour mémoire » ! J’ai encore plus hâte de le trouver !

      J'aime

      1. Je pense qu’il est encore commandable en librairie, je ne crois pas que l’édition soit épuisée. Je n’ai malheureusement pas conservé ce livre avec les déménagements, le besoin de place… J’aimerai connaître ton avis dessus

        Aimé par 1 personne

      2. Usva K. dit :

        Je vais le commander dans la semaine ! 🙂

        J'aime

  2. Marilyne dit :

    Je te conseille également  » La mort n’oublie personne  » . J’ai pu écouter l’auteur lors d’un festival de St Malo, passionnant, sur son grand livre sur  » l’école des colonies  » . Et celui que tu présentés, il faut vraiment que je me le procure.

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      Je vais me faire une méga liste Daeninckx ! 😀 Merci pour ces conseils !

      J'aime

  3. lebouquinivre dit :

    Je connais l’auteur de nom uniquement. Le portrait que tu brosses de ce livre me donne envie de foncer et de le lire!

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      J’ai vraiment beaucoup aimé mais je connais peu cet auteur. Tu trouveras dans les commentaires d’autres recommandations de lecteurs (que je vais suivre de près ! ^^) sur d’autres de ces livres. 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. aleslire dit :

    J’avais été assez déçue par ce titre, et, en général, par les titres récents de cet auteur … Je reste sur ce qui est pour moi, sa grande époque, Meurtres pour mémoire, Le facteur fatal, Le bourreau et son double etc …

    Aimé par 1 personne

    1. Usva K. dit :

      « Meutres pour mémoire » est dans mes priorités d’achat. Mon avis évoluera peut-être à force de découvrir d’autres livres de cet auteur. 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s