« La lettre à Helga » de Bergsveinn Birgisson (Zulma, 2018)

Je vous parlais précédemment de mon grand intérêt pour les éditions Zulma, mais, malgré tout de déceptions possibles. Nous voilà donc face à une lecture qui m’a laissé un drôle de goût et que ne m’a pas convaincue même si le début était très prometteur.


Quatrième de couverture : « C’est au printemps, à la première sortie des agneaux de la bergerie, que j’éprouvais avec le plus d’insistance le désir de te voir ravaler ton orgueil et venir me rejoindre. Et chaque fois que les fleurs de pissenlits s’étalaient dans les prés, des flammes jaunes s’allumaient aussi en un autre endroit…

Bjarni Gíslason, en homme simple, taillé dans la lave mais pétri de poésie, se décide enfin à répondre à sa chère Helga, sa voisine de la ferme d’à côté, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment… »


Dans ce roman, la nature est magnifiée, les paysages islandais sont pour le narrateur une raison de vivre, des éléments qui font partie de lui et qu’il ne peut s’imaginer abandonner. Ils sont encore plus mis en valeur par l’écriture de Bergsveinn Birgisson ainsi que par la traduction de Catherine Eyjólfsson.

La femme du narrateur vient de décéder et jusqu’à son dernier souffle elle aura gardé une jalousie et une rancœur vis-à-vis de son époux et de ses sentiments pour une autre femme. Autre femme que la rumeur, de nombreuses années auparavant, avait désignée comme étant sa maîtresse. Il n’en était alors rien, mais il en fut quelque chose par la suite.

Commence une romance aussi épanouissante que dévastatrice, qui se confronte à des dilemmes et des cas de conscience qui m’ont un peu ennuyée. Je suis relativement pragmatique et assez peu romantique, il faut bien l’avouer. Alors les tergiversations du narrateur ne m’ont pas vraiment touchée, même si j’ai eu beaucoup de compassion pour la difficile situation avec sa femme, violentée dans sa chair et son être après une intervention chirurgicale (je ne suis pas sans cœur non plus).

Mais si tu joues avec le feu, tu dois choisir : attiser la flamme ou l’éteindre. C’est tout. Mais tu ne peux pas tout avoir. Nous allons, à partir de la moitié du roman, tomber dans un état de dépression, de doute et de tiraillement assez difficile à lire, je n’ai pas spécialement adhéré. J’ai complètement décroché au moment où le narrateur lui-même réalise qu’il a touché le fond. Je m’attendais à tout mais pas à ça et un vrai malaise s’est installé jusqu’à la fin du roman, qui a pourtant de vraies qualités narratives.

Une lecture mitigée en ce qui me concerne, mais n’hésitez pas à lire d’autres retours de lecture si vous avez envie de le découvrir, j’en avais lu de bons avant de le commencer.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : Madame lit • Bonjour LittératureMélopée : le bruit des livresMon cabinet de curiosités


 

Et vous, avez-vous un auteur islandais à recommander ?

5 commentaires

    1. Si tu as envie de le découvrir n’hésite pas, j’ai l’impression qu’il y a eu plus de bons retours que de mauvais. 😉 Il est court en plus, donc même si tu n’accroches pas, ce ne sera pas long. ^^

      Aimé par 1 personne

  1. Je te recommande «D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds» de Stefánsson. Pour te donner un aperçu de sa plume : https://madamelit.ca/2018/02/17/madame-lit-dailleurs-les-poissons-nont-pas-de-pieds/ J’ai été bouleversée par son style et cette histoire. Voici aussi une liste de titres de romans islandais : https://madamelit.ca/2018/01/30/madame-lit-des-suggestions-de-livres-islandais/
    Merci pour la mention. Au plaisir!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s