« Wannsee » de Fabrice Le Hénanff (Casterman, 2018)

Ce roman graphique était de ceux que j’attendais avec le plus d’impatience de par son sujet. Après l’avoir feuilleté une première fois, c’est la qualité graphique du livre qui m’a mis une claque ! Le dessin est incroyablement réaliste mais sombre, il instaure une ambiance très forte, tout à fait adaptée à la lourdeur de la conférence de Wannsee.


Quatrième de couverture : « Au sommet de l’horreur bureaucratique : la conférence qui a organisé l’holocauste.

Wannsee, banlieue de Berlin, le 20 janvier 1942.

Quinze hauts fonctionnaires du Troisième Reich participent à une conférence secrète organisée par les SS. En moins d’une heure trente, ils vont entériner, et organiser, le génocide de millions de Juifs. »


La sobriété et le factuel sont deux pré-requis importants dans l’acte de la transmission historique. Clairement, Fabrice Le Hénanff y répond et déroule sous nos yeux la conférence du 20 janvier 1942, avec ses participants, les organes de du IIIème Reich et du NSDAP, tous rassemblés pour découvrir et adhérer à la « solution finale du problème juif » élaborée par Reinhard Heydrich, chef de la SIPO et du SD, ainsi que par Adolf Eichmann, responsable du Service des affaires juives et auteur du compte-rendu de la conférence.

« Les quinze participants à la conférence de Wannsee représentent la SS, la police et le parti nazi, ainsi que plusieurs ministères et organismes chargés de l’administration des territoires occupés en Europe de l’Est. Ces personnages appartiennent à l’élite de l’Allemagne nazie et dispensent leurs conseils aux plus hauts dirigeants du Reich. Leur tâche est de traduire dans les faits les décisions prises par les instances politiques. » La Conférence de Wannsee et le génocide des Juifs d’Europe : catalogue abrégé de l’exposition. Maison de la Conférence de Wannsee : Berlin, 2007.

Ce qui s’énonce comme une évacuation est en réalité une extermination qui ne recevra pas de résistance. Les échanges sur les modes opératoires, les débats et puis l’enthousiasme sont difficiles à regarder, à intellectualiser tellement ils sont ignobles. Malgré cette réunion, des évacuations ont déjà court dans l’Est de l’Europe et l’extermination a commencé, que ce soit avec la Shoah par balle ou les camions à gaz. La question de cette réunion est donc davantage d’adapter les pratiques en cours à l’ensemble des ressortissants juifs des territoires occupés.

« Le 20 janvier 1942, jour de la conférence de Wannsee, les exécutions de masse ont déjà été déclenchées depuis six mois en Union Soviétique, les déportations ont commencé et Chelmno, le premier camp d’extermination, est en activité depuis six semaines. » La Conférence de Wannsee et le génocide des Juifs d’Europe : catalogue abrégé de l’exposition. Maison de la Conférence de Wannsee : Berlin, 2007.

Cette réunion secrète, dont il ne devait rester aucune trace, est finalement l’un des rouages avérés de l’extermination grâce à l’unique dossier qui n’a pas été détruit et qui a été retrouvé. J’ai senti par cette précision comme un message sur l’importance de la trace et des archives, sur un fait fondamental à souligner : que l’histoire se construit sur des preuves.

Très didactique, cette bande-dessinée peut s’adresser à beaucoup de lecteurs, qu’ils soient sensibilisés à cette terrible période ou non, les faits sont clairs et l’auteur prend le temps de quelques explications sur chaque protagoniste en fin d’album.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : SambaBD • Une case en plus


 

En hommage à Claude Lanzmann (1925-2018),
qui aura passé sa vie à se battre pour montrer la réalité de la Shoah.
Merci Monsieur.

4 commentaires

  1. Je suis tombé dessus en faisant ma razzia de BD à la librairie, je n’en avais pas entendu parler et j’ai effectivement été impressionné tant par le sujet (les sujets liés à la seconde guerre mondiale ont toujours quelque chose de « fascinant ») que par le graphisme. Je n’avais pas prévu de l’acheter mais du coup… j’hésite…

    Aimé par 1 personne

  2. Beaucoup hésité mais en feuilletant je trouve le dessin froid et figé (dû au style graphique utilisé). C’est beau mais je crains que ce soit monotone et à lire plutôt en emprunt bibliothèque… Dommage, le sujet m’intéresse beaucoup. Je viens de lire « extase totale », ouvrage fascinant sur la consommation massive de drogues par l’armée et la population allemande pendant la guerre…

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai vu passer « Extase totale » dans ma veille mais j’avoue que ça m’attire moins pour le moment, même s’il doit y avoir un rapport avec la Shoah par balles à l’Est. « Wannsee » est beau mais effectivement froid. Il est très factuel et très documenté. Je l’ai aimé pour cet aspect là mais au regard de tes hésitations, je pense effectivement qu’un emprunt en bibliothèque est le moins risqué. 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s