« Mauvais genre » de Chloé Cruchaudet (Delcourt, 2013 – réédition 2018)

J’étais très curieuse de découvrir cette bande dessinée, découverte grâce à la blogosphère. Elle a pris un chemin complètement éloigné de ce à quoi je m’attendais et m’a pas mal fait cogiter sur le pourquoi du comment.


Quatrième de couverture : « Paul et Louise s’aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l’enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d’identité, se travestir. Désormais il sera… Suzanne. [D’après l’essai La Garçonne et l’Assassin, éditions Payot]

Troubles du genre et trouble de la guerre sont au cœur de ce roman graphique tout en finesse, dont la lecture suscite une émotion rare.

Récompenses, 2014 : Prix du public Cultura du Festival d’Angoulême, Grand Prix de la Critique ACBD, prix du magazine Lire de la Meilleure bande dessinée et le prix Landernau BD. »


Le récit, tiré d’une histoire vraie, s’ouvre sur l’amour naissant entre Paul et Louise, puis sur leur mariage juste avant que le service militaire de Paul ne débute. Aussitôt mariés, aussitôt parti. En 1914, la Première Guerre mondiale éclate. Paul est mobilisé et va être totalement traumatisé par son expérience au Front. Démobilisé temporairement suite à une blessure, il déserte pour ne pas être réintégré et être à nouveau confronté à la boucherie de ce début de siècle. J’ai beaucoup apprécié les dessins du Front, je les ai trouvé très forts, ils prennent aux tripes comme lors du retour des poilus, avec leur lot de gueules cassées. De manière générale, le coup de crayon de Chloé Cruchaudet est très beau, tantôt fort, tantôt suave, tantôt froid : il transmet une vraie émotion.

Déserter c’est aussi prendre des risques : celui d’être reconnu, dénoncé et exécuté. Alors, un peu par hasard, il va se fondre physiquement en femme pour respirer l’air des rues de Paris, pour aller chercher une bouteille de vin. Le vin, très présent dans le récit, est un exutoire au même titre que le sexe complètement décomplexé. Paul devient Suzanne et, petit à petit, les deux identités se mêlent. Lors d’une sortie nocturne, il découvre le Bois de Boulogne, où hommes et femmes aux sensibilités sexuelles multiples et variées se retrouvent pour partager un moment ensemble, sans jugement et, au contraire, avec une admiration pour Suzanne et la surprise qu’elle réserve quand elle dévoile son secret.

Chaque nuit ou presque, Paul-Suzanne va se rendre au Bois, trompant allègrement sa femme qui s’y résoudra, tentant parfois l’expérience à son tour. Mais Louise souffre. Elle souffre de la violence de son mari perdu, traumatisé, en proie aux cauchemars, aux hallucinations mais aussi aux changements. L’alcool ne sera d’aucune aide, ou alors juste des vapeurs périodiques qui floutent les angoisses. Mais l’alcool alimentera la violence physique et morale, l’instabilité, le malheur de ce couple qui, quelques années auparavant, avait tout pour être heureux.

Dix ans après le début de cette transformation physique, les déserteurs ne sont plus dans le viseur de l’État et ils peuvent se déclarer afin de recouvrer leur identité, leur liberté. N’est-il seulement pas trop tard pour que tout rentre dans l’ordre ? Ces dix années ont-elles dévoilé et inscrit une partie de Paul qu’il n’avait jamais soupçonnée ? La violence  et le mal-être peuvent-ils se résorber aussi facilement ?

Des pages additionnelles à la fin de cette nouvelle édition permettent de prendre davantage la mesure de cette histoire, de voir les visages et de lire les mots de ses protagonistes.

Pour en savoir plus

 


Ils/Elles l’ont aussi lu et chroniqué : En Quête littéraire • Arcanes Ouvertes • The CoffeeTimeNina a lu • What a book worm !Anouk Library • La caverne d’Haifa • D’une berge à l’autre • Livres de Malice • Au bout de la corde • Hope & Books • BloCoLi • Le carré jaune • Culture Twins • Le blog de Babelga • Nourritures en tout genre • Sans connivence • Le monde de Miss G • Dans ma bibliothèque • Les évasions de Kreen • Itzamna Librairie • Doucettement • La maison de Marguerite • Le coin de la limule • Les lectures de Philli • Psychée Délik • Quand je lis… • et beaucoup d’autres !


 

Et vous, avez-vous aussi été surpris par ce roman graphique ?

12 commentaires

    1. J’ai découvert qu’il y avait une adaptation oui, ce sera peut-être trop pour moi pour certaines scènes qui passent bien en dessin, mais le film peut être parfois trop direct à mon goût. Mais à l’occasion pourquoi pas ! Si tu le vois, n’hésite pas à me dire ce que tu en auras pensé, ça me poussera peut-être à le voir. ^^

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s