« Trompe la mort » d’Alexandre Clérisse (Dargaud, 2009)

En voyant la couverture de cette bande-dessinée, je n’ai pas pu résister à la poésie de l’illustration ! Je suis tombée sous le charme de ce petit papi qui à l’air bien dans son monde.


Quatrième de couverture : « Marcel est à la retraite et veuf. Il aime dire au cimetière du village que son heure n’est pas encore venue. Il tombe un jour sur un clairon qui lui rappelle le sien et la guerre. Cette drôle de guerre qui s’est achevé par la débâcle, au cours de laquelle il perdit son instrument. Marcel s’est mis en tête de trouver son clairon quand sa petite-fille passe le voir. Andréa est à la tête d’une petite entreprise : elle conduit un bus qui va de village en village, en prenant son temps. Le grand-père et la petite-fille partent de concert à la rechercher de l’instrument et des souvenirs de cette période troublée. »


J’ai beaucoup ri en lisant cette bande-dessinée qui est d’une ronchonitude autant que d’une mignonitude folle ! Papi Marcel est vraiment le roi des casses-pieds, il est réac’ et a un franc parler qui peut attirer les ennuis. Sa petite-fille, Andréa, est assez zen et détendue pour lui rendre visite sans fuir à toute vitesse face aux fions qu’il lui envoie, mais aussi pour le remettre en place. Le duo de l’histoire est posé. Un duo aussi drôle qu’émouvant car les histoires de partage intergénérationnelles me touchent toujours beaucoup.

Marcel croit savoir où est son clairon et il veut le retrouver. À partir de là nous voyons arriver les péripéties : où est-il, comment le récupérer, pour en faire quoi ? Si l’histoire est bien construite, je regrette quand même qu’elle soit si courte. L’album ne fait que 48 pages et j’aurais tellement aimé suivre les personnages plus longtemps !

Au-delà de l’humour et des caractères bien trempés qui peuplent ce livre, il est malgré tout question de la guerre. L’histoire au présent est en effet entrecoupée de souvenirs de guerre et de souvenirs liés au clairon (les deux revenant ici un peu au même). Sont présentes des réflexions sur l’autre, sur l’engagement et le courage, sur le souvenir aussi.

Ce livre, conseillé à tout le monde à partir de 12 ans, risque de bien faire rire dans les chaumières, vous pouvez aussi l’offrir à votre grand-père un peu grognon si vous en avez le courage.

Pour en savoir plus

 

Et vous, avez-vous une bande-dessinée amusante à partager ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s