Les prix littéraires du mercredi #06

Je reviens aujourd’hui sur quelques prix littéraires décernés ces derniers jours, avec le plaisir de mettre en avant l’un de mes coups de cœur de ce début d’année :

 

  • [♥] Cette nuit de Joachim Schnerf, paru aux éditions Zulma en janvier 2018, Prix Orange du livre 2018 :

LaSolutionEsquimauAW« Au matin de Pessah, la Pâque juive, un vieil homme se remémore cette nuit si particulière que sa famille rejoue à huis clos et à guichet fermé chaque année – une comédie extravagante et drolatique dont elle a le secret.

Il y a Michelle, la cadette qui enrage pour un rien et terrorise tout son monde, à commencer par Patrick, le très émotif père de ses enfants. Il y a Denise, l’aînée trop discrète, et son mari Pinhas, qui bâtit des châteaux en Espagne et des palais au Maroc. Et bien sûr Salomon, le patriarche rescapé des camps, et son humour d’un genre très personnel qui lui vaut quelques revers et pas mal d’incompréhension. Mais en ce matin de Pessah, pour la première fois, Salomon s’apprête à vivre cette nuit sans sa femme, sa douce et merveilleuse Sarah…

Un roman au charme irrésistible, émouvant, drôle – et magnifiquement enlevé. »

Pour lire ma chronique

 

  • L’amas ardent de Yamen Manai, paru aux éditions Elyzad en avril 2017, Prix Comar d’Or 2017, Prix des cinq continents de la Francophonie 2017, Grand Prix du Roman Métis 2017, Prix Maghreb de l’ADELF 2017 et Prix Les Lorientales 2018 :

lamas-ardent-PRESSE« Aux abords de Nawa, village de l’arrière-pays, le Don, apiculteur, mène une vie d’ascète auprès de ses abeilles, à l’écart de l’actualité. Pourtant, lorsqu’il découvre les corps mutilés de ses « filles », il doit se rendre à l’évidence : la marche du monde l’a rattrapé, le mettant face à un redoutable adversaire. Pour sauver ce qu’il a de plus cher, il lui faudra conduire son enquête dans une contrée quelque peu chamboulée par sa toute récente révolution, et aller chercher la lueur au loin, jusqu’au pays du Soleil-Levant.

En véritable conteur, Yamen Manai dresse avec vivacité et humour le portrait aigre-doux d’une Tunisie vibrionnante, où les fanatiques de Dieu ne sont pas à l’abri de Sa foudre. Une fable moderne des plus savoureuses. »

 

  • Les vents noirs d’Arnaud de La Grange, paru aux éditions JC Lattès en août 2017, Grand Prix Jules Verne 2018 :

9782709659512-001-T.jpeg« Au début du XXe siècle, entre la Sibérie et le désert du Taklamakan, paysages grandioses dont la démesure fait écho à celle des passions humaines, un homme part sur les traces d’un autre. Le lieutenant Verken doit, pour le compte du gouvernement français, arrêter un archéologue explorateur, Emile Thelliot.

Au fur et à mesure qu’il s’approche de sa proie, l’officier découvre un grand maître, un homme passionné, un esprit dont l’érudition et la mémoire défient les plus grands, un stratège politique et militaire, un savant dépassé par ses rêves.

Si opposés de nature, ces deux hommes, emportés par les vents violents du destin, poursuivent une même quête, celle d’un sens qui les dépasse et les maintient en vie.

Un grand roman au souffle épique qui est aussi une réflexion sur les blessures intimes des histoires familiales et de la guerre, sur l’inadaptation de certains hommes à la vie ordinaire, sur le rêve, l’obsession et la folie humaine. »

 

Et vous, des livres récemment primés vous font-ils envie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s